• Pause pascale

    Après cette note , le blog se met en repos .

    Reprise le lundi 29 avril.

    _=_=_=_=_=_=_=_=_=

    Chagall 7 /    1914 -retour à Vitebsk!

     

    1914-autoportrait en col blanc

     

     

     

    Vitebsk est "un pays bien à part , une ville singulière,malheureuse , ennuyeuse..."

    Le jugement de Marc est féroce .

    En 1914 , il venait au pays pour 3 mois .

    La guerre mondiale 14-18  en décida autrement : il allait y rester 8 ans avant de retrouver Paris.

     

     

     

    Chagall 7 /    1914 -retour à Vitebsk!

    1914-les amoureux en bleu

     

     

     

     

     

    Heureusement , Chagall retrouvait , au pays son amour de jeunesse qui l'attendait .

    Pourtant , épouser Bella en 1915 ne fut pas aisé car la famille de la jeune fille  se montrait réticente .

    A ses yeux Marc Chagall n'était pas "assez bien !"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chagall 7 /    1914 -retour à Vitebsk!Chagall 7 /    1914 -retour à Vitebsk!

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1914-le juif en  prière

    Lorsqu'il était arrivé en France , Chagall s'était quelque peu éloigné de la religion .

    Le retour au pays , sous l'influence familiale sans doute , voit un retour à l'orthodoxie.

    _=_=_=_=

    1914-le juif vert

    l'artiste avait écrit dans son journal " Vitebsk est une ville à part , habitée par des bourgeois bossus et maigres et des juifs verts !"

    Chagall 7 /    1914 -retour à Vitebsk!Chagall 7 /    1914 -retour à Vitebsk!

     

    1914-le rabbin au citron encore dit jour de fête

     

    la toile est inspirée par la fête du Soukhot ( ou des tabernacles) qui célèbre la traversée du désert par le peuple juif.

     

    _=_=_=_=

     

     

    1914-le soldat blessé

    la guerre et son cortège de blessures et de misères.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • En ces années 1912-1913 , Marc Chagall avait vraiment le mal du pays , mais l'argent restait un frein pour revenir s'y ressourcer.

    Au printemps 1914,une occasion allait se présenter .

    L'artiste est invité à Berlin où une exposition de ses tableaux a lieu à la galerie "Der Stum".

    Grand succès de l'expo et Apollinaire qui a été à l'origine de l'événement d'écrire :

    "Chagall est un coloriste plein d'une imagination  issue parfois des fantaisies de l'imagerie populaire slave.

    Mais il  la dépasse toujours ..."

    _=_=_=_=_=

    Berlin se rapprochait de Visbeck... Muni d'un visa de 3 mois , Marc partit , le 13 juin 1914 en direction de la Russie.

    La première guerre mondiale changera la donne . Les frontières sont fermées et les quelques semaines prévues au pays vont se transformer en 8 années.

    Chagall se trouvait revenu en des lieux qui imprimaient fortement leur marque à presque tous ses tableaux.

    _=_=_=_=_=_=

     

    Chagall 6 /  1913:le violonisteChagall 6 /  1913:le violoniste

     

     

     

     

    1913- Le violoniste

    La 1ère version ( à gauche) reste fidèle à une certaine tradition cubiste ,tandis que la seconde est davantage dans une unité spatiale.

    Traditionnellement le violoniste était en tête dans les cortèges de mariage juifs .

    Près de lui se trouve un jeune mendiant tandis que le couple de mariés apparaît dans l'arrière plan.

    Chagall 6 /  1913:le violonisteChagall 6 /  1913:le violoniste

     

     

     

    1913-Paris à travers ma fenêtre

    Paris en ces années 1911-1912-1913 , c'est le temps des vaches maigres pour l'artiste .

    Il évoque ici la capitale avec une tour Eiffel très stylisée.

     

    _=_=_=_=

    1913-la maternité

     

    le tableau s'inscrit dans la tradition de l'art populaire russe qui met en scène un sujet central entouré de scènes aux objets et personnages miniaturisés.

     

     

     

     

    Chagall 6 /  1913:le violoniste

    1914-au-dessus de Vitebsk

    Qui est ce mystérieux personnage surgissant derrière l'église ?

    La culture juive , particulièrement le yiddish, désigne le mendiant qui va de maison en maison comme "celui qui marche par dessus la ville"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Depuis 1911 Chagall avait abandonné St Pétersbourg , avide qu'il était de découvrir , à Paris , les avant-gardes fauves et cubistes.

    En 1912 il s'installa à la Ruche , la mythique cité des artistes où se retrouvaient peintres , mais aussi sculpteurs,écrivains , poètes , musiciens...

    Ses amis avaient pour nom Blaise Cendrars ,Guillaume Apollinaire, Fernand Léger,Delaunay et encore bien d'autres ...

    Parallèlement à ses passages dans les académies libres, il étudiait , au Louvre , les grands maîtres , Gréco , Géricault , Delacroix ...

    Sans adhérer à un mouvement quelconque il était attentif aux derniers développements artistiques qu'il s'agisse du cubisme , du fauvisme ou de l'orphisme .

    Mais le mal du pays était profond ... et l'attendait Bella , sa fiancée.

    _=_=_=_=_=

     

    Chagall  /5 /              Paris 1912-1913 : le mal du pays ! (2)Chagall  /5 /              Paris 1912-1913 : le mal du pays ! (2)

     

     

     

     1912 / A gauche , le Saint voiturier .

     

     

    1912 , le soldat boit  .

    Ce soldat est bien russe comme le montre son uniforme .

    Il est est attablé devant un samovar , dans une pièce où l'on voit , à l'extérieur , une isba.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chagall  /5 /              Paris 1912-1913 : le mal du pays ! (2)Chagall  /5 /              Paris 1912-1913 : le mal du pays ! (2)

     

     1913 / à gauche , autoportrait aux 7 doigts . Né le 7 /7/1887 , Chagall se sentait très marqué par le chiffe 7 . Dans son dos, à travers la fenêtre on voit la Tour Eiffel ,l'emblème de la modernité . Elle est flanquée d'un petit parachutiste en train d'atterrir.

    _=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_=_

     

    1913/à droite : la maison brûlée . Dans un raccourci cubique simple on voit une maison qui laisse voir les chevrons à travers son toit . Et encore sur la tableau le rappel du pays ...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Chagall 4 / 1912 : le mal du pays ...

    1912-le marchand de bestiaux

    Lorsqu'il était enfant Chagall accompagnait son oncle Neuch , en carriole , au marché .

    L'artiste se souvient avec tendresse de ces lieux animés , moments de réjouissances bienvenues .

    Chagall / 4 /             1912 : le mal du pays ...

    1912- le buveur

    Toujours les souvenirs du pays ... En 1912 , Marc vit à Paris , à La Ruche , avec  de nombreux artistes .

    Au pays de l'enfance , ils étaient nombreux ces hommes ,à boire ,pour oublier leur condition précaire .

    Chagall / 4 /             1912 : le mal du pays ...

    1912 - la prisée

    Le peintre restitue la spiritualité juive centrée sur la lecture du Livre et des commentaires .

    Avec ce tableau , l'artiste veut créer un climat de ferveur et de recueillement . Et l'abondance du jaune (opposé au noir du vêtement ) veut le souligner .

    Chagall / 4 /             1912 : le mal du pays ...

    1912-hommage à Apollinaire

    En ces années 1911-12 , le poète était un ardent défenseur des cubistes . " le cubisme est ce qu'il y a de plus élevé dans l'art français" disait il notamment ...Il aimait la peinture de Chagall qui lui rend , à sa manière , sa reconnaissance .

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Une semaine avec...Chagall

    _=_=_=_=_=_=_=

     

    Chagall /3 /                  1911: le cubisme !

    1911-intérieur II .

    Apparaissent les premières références au cubisme .

    Autour du centre où se trouvent les surfaces géométriques (table et bord de la robe du personnage féminin) ,s'articule un récit en images .

    Chagall 3 -

    1911-nu allongé

    Chagall /3 /                            1911: le cubisme !

    1912-Golgotha

    la culture de l'artiste s'est élargie . Il n'est plus ici dans la tradition juive .

    Il est dans la référence à l'art catholique en donnant sa version du calvaire :"j'ai voulu représenter le Christ en enfant innocent"

    Chagall 3 -

    1912-Adam et Eve

    Le cubisme est alors à son apogée . Les peintres cherchent à adapter ,à leur vision personnelle,les études de Braque et Picasso .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • St Briac  2 /

    1885- St Briac vu de ma fenêtre - Paul Signac

    Signac aimait la mer , les bateaux. Ce fut un grand navigateur .

    Quand il peint cette toile , il n'est encore qu'un peintre qui se cherche ...On sent l'influence des impressionnistes ( il admirait beaucoup Monet) , mais déjà perce le pointilliste.

    St Briac  2 /

    1885- St Briac -la croix des marins à marée haute - Signac

    St Briac  2 /

    1886- St Briac -la bergère , la vache et la brebis - Auguste Renoir

    Cadre simplifié .. Renoir commence à douter de ses certitudes impressionnistes : on le sent notamment dans l'application des lignes  au  dessin des sujets.

    St Briac  2 /

    1886-St Briac- Judith gauthier - John Sargent

    Judith était la fille de Théophile , l'écrivain célèbre et critique d'art .

    C'était une femme à la réputation controversée qui connut une violente passion avec le musicien Richard Wagner.

    Sargent , l'impressionniste,aimait passer des étés en Bretagne . Il fait de Judith un portrait d'abandon dans une nature aux verts très travaillés.

     

     

     

    Quand il

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • "la beauté sera convulsive ou ne sera pas "  écrivait André Breton en 1936. Dès les années 1905 ,Ludwig Kichner , sans la connaître ,avait fait sienne cette maxime;

    Pour lui , l'expressionniste ,il fallait "rendre l'intensité des choses "...

    Kichner 3 : rendre l'intensité des choses  !Kichner 3 : rendre l'intensité des choses  !

     

     1909 : ci dessus , la danseuse de cabaret .

    Ci-contre ,    1909-la femme à l'ombrelle .

    Kichner 3 : rendre l'intensité des choses  !

    1909 - Erich

    Kichner 3 : rendre l'intensité des choses  !

    1909 - paysage colliné près de Dresde

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Matisse 4 /Matisse 4 /

     

     

     

     

     

     

    1898 / C'est l'année de son mariage avec Amélie Parayre , une jeune toulousaine " droite et noble de maintien , à la magnifique chevelure noire ".

     Avec ce tableau de Notre Dame de Paris s'achève une sorte de cheminement  impressionniste .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Matisse 4 /

    1898 : paysage du sud

    Matisse a voyagé . Le "nordiste" a découvert les paysages du sud  de nouvelles couleurs , et il ne s'en prive pas...Manifestement l'artiste se cherche et surprend par "ce barbouillage", ce n'est pas peu de le dire !

    Matisse 4 /

    1898 - l'olivier

    C'est un peu mieux ... mais cela reste de la même veine !

    Matisse 4 /

    1898 ! une femme en violet lit ...

    Rien n'arrête l'artiste dans le choix des couleurs . Tempête sous un crâne !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Picasso 9 / 1902 :la période bleue (3)Picasso 9 / 1902 :la période bleue (3)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1902 / nu bleu et Sébastien Junyent

     

    Picasso 9 / 1902 :la période bleue (3)

    1902: tête de femme morte .

    Picasso ,  avait visité l"infirmerie de la prison de femmes de St lazare . Il fut très touché par la misère matérielle et physique de ces délaissées , affaiblies par la prostitution .

    Picasso 9 / 1902 :la période bleue (3)

    1902 / Arlequin et compagnie .

    Ce tableau marque l'apparition d'Arlequin en double de Picasso et le thème de la solitude à 2 , de l'intercommunicabilité  qui existe dans le couple .

    Dans ce tableau encore , un clin d'oeil à Germaine pour laquelle le grand copain Casagémas s'est suicidé : le chignon en hauteur ...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 2/Le Mt St Michel au 19 ème siècle

    1842-le Mt à marée basse - Louis Huart

    2/Le Mt St Michel au 19 ème siècle

    1850-le mt à marée basse (détail) -Richard Bonington

    2/Le Mt St Michel au 19 ème siècle

    1850-le mt à marée basse - R. Bonington - détails

    2/Le Mt St Michel au 19 ème siècle

    1880-la grève du Mt St Michel - Emmanuel Lansyer .

    Un superbe travail  tout en nuances dans les tons gris bleutés .

    Remarquable rendu d'un ciel tourmenté.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires