• 1..Marc /1/ l'influence française

    3.Marc /1/Pour Franz Marc (1880_1916) , à la destinée aussi cruelle que celle de son copain Macke , l'art est une force spirituelle qui doit s'opposer à l'effet néfaste de la société industrielle moderne .

    Adolescent , le jeune homme songeait au religieux . Mais la philosophie l'en détourna .Finalement artiste-peintre il serait ...

    1900  :      académie des Beaux arts munichois , mais son formalisme l'en détourne .

    1903   : Paris , découverte ,de Courbet , Delacroix,de l'impressionnisme .des estampes japonaises au rendu si particulier .

    Hélas ,,de relation féminine en relation féminine décevante , il développe plusieurs dépressions : Franz se renferme sur lui-même sur son  " âme chancelante et craintive".

    1907: Paris à nouveau . Ce sont Gauguin , les cubistes , les expressionnistes , Matisse . Et surtout Van Gogh dont il dira :

    "C'est le plus authentique , le le plus grand , le plus poignant que je connaisse ... Peindre la nature la plus ordinaire en plaçant sa foi et son aspiration en elle , voilà la réalisation suprême" !"

    1910 :  la rencontre ... Avec August Macke , de 7 ans son cadet . Tous les deux vont fonder une revue Der Blaue Reiter (le cavalier vbleu) où ils expriment leur vision de l'art, une vision qui s'affinera encore après la rencontre avec le mystique Kandinski .

    Sous l'influence de ce dernier  Marc  pense que l'essence spirituelle des choses est en fait un invisible mieux révélé par l'abstraction .

    1912 passé , l'artiste abandonnera les personnages pour ne laisser parler que les animaux ( sa grande passion )" seuls garants de la spiritualité ".

    En s'engageant dans la première guerre mondiale  , Franz Marc , profondément religieux pensait que le conflit serait une forme de purification de l'ancienne civilisation et de sa corruption , une rédemption par la souffrance !

    L'horrible réalité de la guerre et la mort de son copain Macke , en Champagne , en septembre 1914 lui fera changer d'opinion . Rapidement .

    "la guerre est une des choses les plus diaboliques pour laquelle nous nous sommes sacrifiés" .

    Il mourra , le 4 mars 1916, à Verdun , d'un éclat d'obus à la tête .

    3.Marc /1/

    1902 l'enfant au traîneau .

    3.Marc /1/

     

     

     

     

    1902 , la mère de Franz

     

    Sophie Maurice était une française venant d'Alsace .

    Elle donna une éducation stricte  , calviniste, et une formation bilingue à son fils .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    3.Marc /1/

    1903 les enfants et le bateau .

    3.Marc /1/

    1903 . paysage de Staffelalm

    Une vision assez apocalyptique du monde !

    3.Marc /1/

    1906  le cheval

    C'est à l'armée que l'artiste a développé une rélle passion pour les chevaux .

    3.Marc /1/

    1906 le vent ...

    L'art du mouvement .  Grands coups de pinceaux vivants et colorés .

    3.Marc /1/3.Marc /1/

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ci-dessus , Maria Franck  sa dernière compagne .Il l'épousera en 1913 .

             

                                                                                                                                                            1906    : avec un coq dans les bras .

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Claude
    Jeudi 21 Juin à 07:47

    Quelle richesse dans la palette de ce peintre que je ne connaissais pas . Un bonheur , Gil . Merci.

    2
    Pierre
    Jeudi 21 Juin à 07:53

    Il pensait que "la guerre est une forme de purification"...diable ! il a compris , trop tard que " c'était une des choses les plus diaboliques" .

    Les hommes ne l'ont toujours pas compris , un siècle plus tard.

    Ceci dit , quel talent cet artiste!

     

    3
    sister for ever
    Jeudi 21 Juin à 12:05
    Un dessin à larges coups de pinceaux... Mais de belles formes et des couleurs flamboyantes.... Ma pauvre ville de Verdun a encore mis fin trop tôt au destin d’un bel artiste... quelle cruauté!!!
    4
    Ira
    Jeudi 21 Juin à 15:44

    De la finesse dans le dessin et une habile usage de la couleur . C'eût été un "grand" sans la guerre .

    5
    Claude
    Vendredi 22 Juin à 11:54

    j'aime ce qu'il dit de Van Gogh :" le plus grand , le plus authentique"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :