• Bréhat-Paimpol

    Bréhat-Paimpol

    Bréhat-Paimpol

     

     

    Bréhat , une île à portée de fusil de Paimpol , c'est un petit joyau dans le 22 - autrement dit , les Côtes d'Armor-.

    L'île bénéficie d'un micro-climat ( si , si ...) qui permet à une végétation quasi-méditerranéenne de se développer , ce qui explique la présence d'eucalyptus , de palmiers , de figuiers,  de mimosas....

    Et elle est composées de plusieurs dizaines d'archipels ,autant de beautés quasi architecturales  pour les yeux qui ne savent plus , à la fin , où regarder !

    Tu comprends pourquoi tant de peintres y sont venus déposer leurs chevalets .

    Certes , ce n'est pas une grande île ( comme Belle-île ,dans le 56 ) , 3km,5 x 1 km,5 dans la plus grande largeur , mais point besoin de  mesures extraordinaires  pour attirer , chaque été plusieurs centaines  de milliers de visiteurs .

     

    Bréhat-Paimpol

    C'est ce tableau d'Ary Renan , peint en 1892, qui fit connaître Bréhat .

     Une symbolique que l'artiste revendiquait dans son oeuvre .

    On y voit , sur une plage bréhatine, une jeune fille observant les restes d'un bateau naufragé .

    Il est amusant de constater que cette toile allait ensuite lancer Bréhat comme haut-lieu du symbolisme;  ce qui inspira notamment Alexandre Séon venu y peindre , en 1896  ,une lamentation d'Orphée que l'on peut actuellement voir au musée d'Orsay , à Paris .

     

     

     

     

  • 1-Bréhat , terre des artistes

     

    1865 Bréhat . Louis-marie Faudacq

    L'artiste n'a pas laissé un grand nom dans l'histoire de la peinture , mais son mérite est d'avoir , avant le fils du grand Renan ( Ary dont je te parlais dans  la présentation de l' île , avec son symbolique tableau sur l'épave )  ,d'avoir attiré le regard sur l'île .

    1-Bréhat , terre des artistes1-Bréhat , terre des artistes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Parmi les pionniers de la colonie des artistes qui ont foulé le sol bréhatin figurent 2 copains suédois , Osterlind ( à gauche ,peint par son ami) et Josephson  qui s'étaient établis , en 1887, à Loguivy de la mer avant de venir prendre pied sur l'île .

    1-Bréhat , terre des artistes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur l'île , Josephson avait été "accroché " par la personnalité  du facteur .

    Après en avoir dressé le portrait ci-contre (que je trouve au demeurant assez féroce...), il peignit  une scène beaucoup plus élaborée ,la même année , en 1887,  la "joie de vivre".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1-Bréhat , terre des artistes

    1887.la joie de vivre - Ernst Josephson

    Le suédois s'intéressait à la vie des modestes gens et il mit une nouvelle fois en scène le facteur de l'île que l'on voit ici en train de lire ( peut être un journal local ?) aux siens .

    La bonne humeur est générale et donne à  la toile une sérénité tranquille et apaisante .

    1-Bréhat , terre des artistes

    1895 -henri Dabadie- la plage du Guerzido

    Quand on débarque sur l'île , c'est la première plage - la plus grande également - à laquelle on accède . Il donne avec son tableau une touche très méditerranéenne à l'île , avec notamment les pins maritimes qui en mangent la moitié ...

    1-Bréhat , terre des artistes

    1896 la lamentation d' Orphée . Alexandre Séon

    Le voilà ce tableau dont je te parlais dans la présentation de l'île .

    Elle est dans le prolongement du symbolisme d'Ary Renan .

    Séon ,qui a séjourné quelques années sur l'île,a placé son Orphée ,désespéré par la mort d'Eurydice ,dans un cadre dépouillé ( quelques rochers bréhatins )  ,servi par des aplats de couleurs voulus pour que le regard de l'observateur se pose en premier sur un personnage désespéré .

    1-Bréhat , terre des artistes

    1897 .JF Auburtin- Le phare du Paon.

    Très "premier degré" ce tableau d'Auburtin ,qui rappelle les estampes japonaises ( Henri Rivière  ,également ) .

    Ce qui frappe , au milieu des rochers roses , c'est la  mise en place - quoique discrète - d'un phare qui semble avoir toujours été du paysage  .

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique