• Brest -La rade-Landerneau

    Brest -La rade-Landerneau

     

     Nous voilà donc sur les côtes de la mer d'Iroise...

    Généralement les géographes s'entendent pour les délimiter en partant de la Pte St mathieu ( près du Conquet) jusqu'à Sein et la Pte du Raz .

    Et comme tu le vois sur la carte ci-jointe on y trouve l'incomparable rade de Brest au nord , la presqu'île de Crozon , avec Camaret et Crozon-Morgat au centre, et la baie de Douarnenez au sud .

    L'origine du mot Iroise reste encore sujet à controverses ... Il semblerait toutefois que des irlandais ,venus s'installer au 6ème siècle en ancienne Bretagne ,l'aient ainsi nommée ...

    Mais officiellement l'appellation de cette partie bretonne ne date que du milieu du siècle dernier .

    Brest ,une situation militaire stratégique

    En raison de sa position au croisement de la Manche et de l'Atlantique  , on sait que Brest a toujours joué un rôle majeur dans les politiques militaires et diplomatiques de notre pays .

    Mais ce ne fut jamais un centre de foisonnement artistique comme ont pu l'être nombre de petites cités ou ports avoisinants . Cependant de nombreux artistes se sont intéressés au grand port . Ozanne , Hue, Garneray , Noël,Brenet entre autres y laissé leurs empreintes.

    Landerneau , le premier pont sur l'Elorn

    Jusqu'au 17ème siècle , landerneau connut un grand essor portuaire sur la rivière et sa célébrité n'est peut être pas étrangère au pont de Rohan       ( 1510)  l'un des derniers ponts habités d'Europe) . De Brest , certains  peintres faisaient escale dans la ville , séduits qu'ils étaient par ses ruelles moyenâgeuses.

     

     

  • nn

    Brest 1821. Louis Garneray

    On ne peut pas dire que Brest ait vraiment passionné les maîtres de la peinture ...A leurs yeux , les grands ports de guerre manquaient de caractère pittoresque comme pouvaient en présenter les ports de pêche .

    Cependant la demande de production était réelle , n'était ce que pour établir une documentation  militaire .

    Ci-dessus , Garneray un ancien marin consacré "peintre de marine" en présente un aspect où l'on voit (en bas , à droite ) des pyramides de boulets  à canons , mais aussi des militaires à chapeaux fleuris ,  des citoyens promeneurs tranquilles , mais encore des forçats , fers aux pieds ( en bas , à gauche),attelés à une tâche de transport .

    nn

    Brest 1850- Johan Jongkind.

    Le peintre a posé son chevalet sur la rive gauche du bassin (on devine , à gauche , l'amorce de la tour du Château ) privilégiant ainsi une vue sur un Brest citadin qui ne manque pas d'intérêt .

    nnBrest 1858- Napoléon III visite l'école navale - Auguste Mayer.

    Que de fastes pour les grands de ce monde ! Au premier plan tu vois un canot spécialement construit pour l'empereur (observe la monumentale couronne sur la cabine...) ,  des marins rameurs se chargeant de conduire sa Majesté au château .

    nn

    1871-Eugène Boudin-la baie de Camfrout.

    Et voilà notre normand Boudin arrivé à Brest  !

    Le port en lui-même ne l'inspire guère .

    Alors , il s'est positionné à Kerhor où il peint quelques barques de pêche .  Ce qui frappe  dans ce tableau c'est l'opposition entre une côte sombre , en arrière plan , et  une percée lumineuse qui donne tout de suite une vie à la toile .

    nn

    1870-boudin-le débarquement des marins

     Tout l'art du peintre normand dans cette grande huile sur toile ( 120 x85)  : un ciel toujours travaillé certes , mais aussi une volonté  de traduire  finement une mer à reflets et à remous .

    Le tableau se veut aussi témoignage de la vie des marins , à droite qui attendent la navette pour se rendre dans la grande ville .

    Ils portent d'ailleurs la tenue N°1 ( comme nous le disions - je m'en souviens pour avoir été marin lors de mon service militaire -).

    nn

    1929-signac- Brest .

    L'infatigable marin qu'est Paul Signac a bien entendu jeté l'ancre en rade de Brest .

    Mais beaucoup plus tard que son ainé Boudin .

    L'aquarelle semble chargée , mais tout est dit , de la tourelle du château , à droite ,à l'armada guerrière à gauche .

    Et l'on n'oublie pas les badauds  sur le quai , le tout enveloppé par un ciel  bas et menaçant!

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique