• Classiques dits "Pompiers"

    Classiques du 19è. "Pompiers"Peu avant  la première guerre mondiale , l'art de la belle époque a été appelé " pompier" .

    Par dérision.....

    Les peintres impressionnistes se sont emparés de l' expression , lors de leurs succès ,en réaction aux moqueries qu'ils avaient subies pendant de longues années .

    Les peintres académiques ne méritent sûrement pas une appellation somme toute méprisable car dans l'ensemble ils n'étaient pas dépourvus de talent .

    En fait leur tort c'était de s'être approprié  les commandes officielles ,au détriment de la plupart des impressionnistes  exclus des achats et de la reconnaissance publique .

    En plus , furent  classés dans la catégorie des "pompiers " des artistes qui avaient fait preuve  d'audace et d'originalité , comme Moreau , Puvis de Chavannes ,alors que d'autres représentants de l' académisme tels que Messonier ,Carolus Duran ou encore Bouguereau ne se limitaient pas à produire de mièvres tableaux.

    Tous ces peintres , ou presque , avaient une technique très aboutie et une grande culture artistique .

    Les peintres officiels étaient non seulement appréciés de la bourgeoisie , de la majorité de la critique , mais aussi d'un large public.

  • 2-Bouguereau / le classique du 19ème

     

     

     

    C'est  William , ci-contre , william Bougereau (1825_1905) un de ceux qui combattaient férocement les impressionnistes , un de ceux qui défendaient une certaine idée de la peinture , la "noble" , "la classique de bon ton" ...

     

    Professeur à l'école des Beaux-Arts de Paris ses peintures de genre , réalistes ou mythologiques connaissaient beaucoup de succès . Aux Etats -Unis notamment .

     

    Son thème de prédilection était la représentation du corps féminin . C'était un des chantres du nu académique .

     

     " Sa peinture ,n'est même plus de la porcelaine , c'est du léché flasque , c'est quelque chose comme de la chair molle de poulpe " écrivit à son encontre un féroce critique .

     

    Edgar Degas créa un néologisme : Bouguereauter pour désigner une action de fondre et de lisser le rendu pictural !

     

     

     

     

     

    2-Bouguereau / un " classique" du 19ème

    2-Bouguereau / un " classique" du 19ème 

    2-Bouguereau / un " classique" du 19ème

        

     

     

     

     

    Voilà  des exemples des nus que peignait Bouguereau et qui plaisait à une certaine clientèle , notamment américaine .

     

    Ces nus " lisses comme de la porcelaine" ( le critique n'avait pas tort , même s'il avait été  outrancier dans la forme )  ont été peints en 1870 ,74 ,et 84.

     

     

     

     

     

     

     

     

    2-Bouguereau / un " classique" du 19ème

    1873 - nymphes et satyre

    On peut comprendre que ce genre de tableau pouvait plaire à certains .

    2-Bouguereau / un " classique" du 19ème

    1879- naissance de Vénus . Un thème récurrent dans la peinture . De l'angélisme !

    2-Bouguereau / un " classique" du 19ème

    Mais Bouguereau pouvait aussi s'intéresser au portrait . Non sans réussite comme ci-dessus avec celui de Nelly , son épouse.

    2-Bouguereau / un " classique" du 19ème

    ou celui de cette jeune fille portant fruit en mains.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • Moreau /1/    le mystique

     

     

     

     

    Gustave Moreau ( 1826 1898 ) fut un des principaux peintres de la seconde moitié du 19 ème siècle .

    Il symbolisait tout à fait ce courant  très classique ,teinté de symbolisme , de mysticisme , qui plaisait tant à la bourgeoisie , dite éclairée  ,de l' époque .

    Au grand dam d'ailleurs de la nouvelle génération des artistes qui se réclamaient d' orientations artistiques différentes.

    La carrière de Gustave  Moreau fut très marquée par un voyage effectué en Italie , de 1857 à 59 .

    Pendant de nombreux mois il copia ainsi les oeuvres de léonard de Vinci , les fresques de Michel Ange ( notamment celles de la chapelle Sixtine ).

    Ayant beaucoup reçu des  maîtres de la Renaissance , il n'est pas étonnant que Moreau s'en soit très fortement inspiré .

     

    Moreau , autoportrait.

     

     

    Moreau /1/    le mystique

    les cavaliers modernes .

    Moreau /1/    le mystique

    Apollon et les muses .

    Moreau /1/    le mystique

    Dalila

    Moreau /1/    le mystique

    Diomède mangé par les muses .

    Moreau /1/    le mystique

    Galatéa

    Moreau /1/    le mystique

    Giotto

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique