• Concarneau

    ConcarneauConcarneau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Concarneau

     

                         Fin 19ème ,début 20ème

    Concarneau ,capitale artistique bretonne

           Un foyer international,notamment anglo-saxon

    Très souvent , quand on évoque , à cette période , un foyer de l'art breton,on a parfois tendance à ne s'attacher qu'à Pont-Aven... Certes .

    Mais Concarneau fut tout autant un lieu de rencontres incontournables et de mises en place de nombreux projets artistiques .

    En fait , c'est un enfant du pays , Alfred Guillou , monté à Paris  , aux Beaux Arts ,qui lança le mouvement . Le jeune homme avait si bien vanté les charmes de sa contrée , celle de la ville close ( ci-contre , à marée basse) que ses profs , l'été venu, voulurent la découvrir .

    Et comme Paris attirait nombre de jeunes artistes étrangers , ceux -ci de suivre leurs mentors ! Concarneau allait devenir le foyer pictural le plus international et le plus anglo-saxon de la Bretagne .

    Il faut dire que les bretons savaient recevoir et réservaient un accueil chaleureux  à ces jeunes gens . Des ateliers furent construits et l'hôtellerie offrit même des menus rédigés en anglais ! Tout concourait à développer une forte colonie américaine . On raconte même  que fut organisé un célèbre match de base-ball entre peintres américains de Concarneau et ceux de Pont-Aven... Je n'ai nulle part trouvé le résultat !

     

     

     

  • 1-Alfred Guillou ,le "lanceur" concarnois !Si Concarneau fut un foyer artistique à la fin du 19ème et début du 20ème , ce fut bien grâce à Alfred Guillou (1844-1926) ...

    Qui pouvait penser que ce gamin qui , en 1851,portait le chevalet et  la boîte à couleurs d'Eugène Isabey sur les quais concarnois serait un jour le "lanceur" du futur épanouissement artistique du port cornouaillais ?

    Alfred était le fils d'un pilote du port , aussi très jeune le vit on traîner sur les plages et les quais . Un crayon à la main , il aimait dessiner . Sage occupation qui trouva son prolongement dans la fréquentation de plusieurs écoles parisiennes , l'Académie Suisse , l'atelier Cabanel .

    C'est à Paris que débuta une relation amicale avec un futur architecte , Théophile Deyrolle . Sans doute , Alfred sut il se montrer convaincant car voilà mon Théophile qui délaisse les maisons pour la peinture ( on lui doit , ci-contre, le portrait d'Alfred vers 1900) et qui dans la foulée de son ami débarque en Bretagne .

    Et là-bas vivait une jeune fille qui plut bien au néo-breton :Suzanne qu'elle s'appelait . Patronyme Guillou . Et voilà un mariage de plus ... et voilà Guillou et Deyrolle beaux -frères et plus complices que jamais .

    Et de peindre , et d'envoyer des tableaux concarnois dans les salons parisiens . Les productions de ces années 1880 plaisent . La Bretagne est à l'honneur . S'ajoute le succès romantique de Blanche Willis Howard , Gwenn (1883) qui raconte les amours d'un jeune peintre américain à Concarneau .

    Toute une génération cosmopolite va découvrir la ville close et ses environs . Les américains et les scandinaves sont les plus nombreux , mais on remarque aussi la présence  néo-zélandaise , russe , autrichienne ou encore estonienne ...

    Certains peintres iront même jusqu'à s'enraciner,les plus fortunés se faisant construire des villas avec atelier dans le nouveau quartier de Coat Pin , près de la corniche ou plus loin vers les plages .

    En 1898 , ces artistes parviendront  à faire classer les remparts de la ville close  alors qu'il était prévu de les démanteler ! Sacrilège ... En 1905 ils participeront à la création de la fameuse fête des filets bleus dont le but est de venir en aide aux familles fragilisées par la crise sardinière .

    1-Alfred Guillou ,le "lanceur" concarnois !

    1806.Le "vétéran" entre à Concarneau.

     Une mer hachée , mais tout en finesse,un ciel travaillé ...En ce début du 19ème ce genre de tableau signé Michel Bouquet  plaisait . On aperçoit la ville close dans le lointain .

    1-Alfred Guillou ,le "lanceur" concarnois !

    1879.Une sardinerie à Concarneau. Peter Kröyer.

    C'est en 1877 que le danois Kröyer a découvert la Bretagne et il fut l'un des premiers artistes étrangers  à pratiquer les vertus du travail " sur le motif" .

    Ci-dessus , c'est une scène de la vie quotidienne des jeunes filles concarnoises .

    La coiffe est particulièrement bien observée .

    1-Alfred Guillou ,le "lanceur" concarnois !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Peter Kröyer peint ici , à la fin de l'été 1879,l'intérieur d'une conserverie dans laquelle il a été autorisé à entrer pour peindre  un tableau qui fut présenté au salon de Paris en 1880.

    Avec grand succès .

     

    L'oeuvre dont on voit ici , à gauche , un détail , a tout d'une photo dans la pénombre où ces femmes travaillaient " le poisson bleu "

     

    -=-=-=-=-=

     

     

     

     

     

     

     

     

    1-Alfred Guillou ,le "lanceur" concarnois !

    1880. la route de Concarneau- william Picknell

    Picknell était un de ces américains arrivés  dans le port breton .Il aimait peindre la nature locale dans laquelle il prenait souvent le soin de glisser des personnages , comme ci-dessus un paysan revenant du champ .

    Le tableau ,présenté au salon parisien de 1880, fascine par son dépouillement qui va jusqu'à vous faire deviner la poussière blanche de la route .

    1-Alfred Guillou ,le "lanceur" concarnois !-=-=-=-=

                          

     

     

     

     

     

     Et revoici Théophile le beau-frère d'Alfred qui présente , vers 1900 , une femme de pêcheur allant vendre , panier sur la tête , la sardine dans la campagne .

     

    Dans ces années de fin de siècle , début de l'autre , Concarneau comptait 7000 h, une trentaine de conserveries ( une dizaine d'entr'elles , dominées par de hautes cheminées , sur le front de mer ) dans lesquelles travaillaient pas moins de 2000 ouvrières .   Impressionnant !

     

    -=-=-=-=

     

     

     

     

     

     

     

    1-Alfred Guillou ,le "lanceur" concarnois !

    1886. un marché aux "chiffons".

    En peignant ce tableau , l'artiste n'a pas précisé le lieu . Les spécialistes le situent à Concarneau en raison des types de coiffe . Beaucoup de jeux d'ombres et de lumières , de précision également dans cette toile qui s'écarte des traditionnelles vues d'images maritimes .

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique