• Douarnenez 1 / Douarnenez au 19ème siècle .

    1-Douarnenez

    1871-Devant la baie de Douarnenez, Elodie sous l'ombrelle- Jules Breton.

    Dès 1865 ,Jules Breton  (natif de l' Artois) ,fut en amour de la Bretagne qu'il ne connaissait guère .

    Grâce à son copain peintre comme lui , Lansyer.

    Dès lors , le nordiste n'aura de cesse de promouvoir la Bretagne  à laquelle il consacrera un tiers de ses toiles .

    Les paysages marins en  constituèrent certes l'essentiel , mais  il fut fréquemment séduit par la personnalité des femmes de Douarnenez qui lui servaient de modèle pour des tableaux d'une facture  plutôt classique .

    1-Douarnenez

    1873-Douarnenez- par Oscar-Conrad Kleineh

    Il semble que cet Oscar fut le premier finlandais à découvrir la Bretagne , mais , dans le courant général de l'époque ,il fut suivi par de nombreux compatriotes nordiques .

    1-Douarnenez

    1874- Emmanuel Lansyer - l'embouchure du Ris à Douarnenez

    L'artiste était un fidèle absolu de la contrée douarneniste.

    Ci-dessus il a travaillé un ciel très chargé , mais il arrive néanmoins à donner une certaine luminosité à son tableau .

    1-Douarnenez

    1876- lansyer- la baie de Douarnenez

    C'est après un échec au Salon de Paris,en 1864, où il se vit refuser une toile que le peintre vint à Douarnenez .

    L'année suivante , en têtu qu'il est , il présenta des toiles de paysages bretons . Cette fois il fut reconnu pour son talent ...

    Ci-dessus , ce n'est pas le Douarnenez des sardiniers qu'il présente , mais celui des loisirs que l'on reconnaît aux élégantes en chapeau installées au milieu des rochers , sur la plage des Sables Blancs à Tréboul.

    1-Douarnenez

    Vers 1890 _ Les Plomarc'h _ Emile Dezaunay

    les peintres appréciaient de marcher sur cette partie du littoral douarneniste qui permettait de mettre en évidence nature ,rochers et voilier,éléments qui donnaient  du relief à la toile et d'user d'infinies couleurs et nuances .

    1-Douarnenez

    vers 1890 - henri Rivière- Après la tempête .

    Henri Rivière aimait peindre sur bois , une technique très particulière qui donnait un résultat rappelant les estampes japonaises dont le parisien était friand .

    Ici , dans un petit bois surplombant la baie , les femmes sont venues , après la tempête , ramasser de quoi alimenter le chauffage de  leurs maisons .

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Louis-M,
    Dimanche 18 Mars à 07:02

    Je me suis levé tôt ce matin et je me dis , tiens je vais visiter le Gil . je sais que généralement tu postes un article , le dimanche , sur la Bretagne . Je n'ai pas été déçu avec Douarnenez à l'affiche . Merci garçon et que Dieu te préserve longtemps  . Belle journée froide à toi  . ; Sur le vélo peut être ? (rire )

    2
    Claire
    Lundi 19 Mars à 08:23

    belle galerie !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :