• Hopper,le regard USA

    Hopper,un regard USA

     

     

     

     

     

    Edward Hopper (1882-1967) aimait citer Goethe pour donner sa vision littéraire des choses ,l'art pictural en étant une expression.

    "la fin première et dernière de toute activité littéraire , c'est la reproduction du monde qui m'entoure via le monde qui est en moi; toute chose devant être saisie , reprise et recrées,assimilée et reconstruite sous une forme personnelle et originale."

    On pourrait traduire : observer et restituer  à travers son propre prisme.

    D'aucuns rattachent Hopper au réalisme ,à l'hyperréalisme,au Pop art ,ceci pour le distinguer des courants expressionnistes ...

     

    Mais on ne peut oublier la dimension abstraite et symbolique de l'oeuvre de l'artiste américain .

     

     

     

                                                                                                                                                                     autoportrait-1906

  • Hopper 2 /

    1911-les régatiers

    Hopper 2 /

    1914-une route dans le Maine

    Hopper 2 /

    1914-un soir tout en bleu !

    Hopper 2 /

    1921-intérieur new-yorkais

    Hopper 2 /

    1921-une jeune fille à la machine à coudre.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Au début de sa carrière , Hopper fut très marqué par les paysages et la peinture du vieux continent au point qu'il devait déclarer

    " tout me parut grossier et actrocement cru à mon retour aux Etats Unis ."

    A Paris , Edward visitait les musées , les expositions.

    Il s'intéressait aux impressionnistes , aux maîtres néerlandais.

    Les cubistes ne l'attiraient pas , par contre les réalistes ( Courbet , Millet ) flattaient son oeil d'artiste.

    Hopper 1 / formation parisienne (1906-1910)

    1907 le louvre

    des touches impressionnistes évidentes ...

    Hopper 1 / formation parisienne (1906-1910)

    1907 pont des arts

    toujours venté !  Comme le chantait Brassens ...

    Hopper 1 / formation parisienne (1906-1910)

    1909 bistro

    déjà une forme de symbolique perce dans le tableau

    Hopper 1 / formation parisienne (1906-1910)

    1909 dans la chambre

    le thème de la solitude qui devait apparaître tout au long de son oeuvre

    Hopper 1 / formation parisienne (1906-1910)

    1909 le pavillon de Flore , à Paris

    Ici encore perce déjà manifestement le style de l'artiste : des verticales , horizontales et diagonales au service de larges aplats de couleurs.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique