• Le Pouldu

    Le Pouldu

    le Pouldu ,un village un peu isolé , situé à l'embouchure de la Laïta , ne peut en aucune façon être comparé à Pont -Aven .

    Le Pouldu ne se présente pas sous la forme d'un village resserré autour d'une église ou d'une mairie . Non c'est tout simplement un hameau situé à quelques km de la commune de Clohars-Carnoêt . Comme l'endroit présente une grande diversité de paysages , il a vite suscité l'intérêt des artistes .

    Ainsi , dès 1886 , Gaufuin avait découvert le hameau . Il fuyait ainsi la "foule" de Pont Aven . A son exemple , d'autres artistes allaient le suivre .

  • Au 18ème , au 19ème , dans les bois bretons , vivaient  des paysans , près de leurs hutte.

    Ils y fabriquaient des sabots .

    Mon arrière grand père maternel  en fut !

    Ces sabots qui allaient ensuite rejoindre , dans les boutiques , au milieu de l'épicerie ou de la mercerie , les "gaulées" qui s'y  trouvaient déjà.

    Mathurin  Méheut , en quelques coups de fusains a tracé le tableau !

    Le Pouldu 2 / les sabotiers de Clohars-Carnoët

    Près de la hutte , la taille du bois .

    Le Pouldu 2 / les sabotiers de Clohars-Carnoët

    A coups de hache !

    Le Pouldu 2 / les sabotiers de Clohars-CarnoëtLe Pouldu 2 / les sabotiers de Clohars-Carnoët

     

    Et la taille , et la finition se poursuivaient ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • 1-le Pouldu1-le Pouldu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     "j'aime la Bretagne , j'y trouve le sauvage , le primitif " ..... écrivait Gauguin en 1888 .

    Quand il s'est réfugié au Pouldu , en 1886 ,il voulait renouer avec la simplicité .  La rencontre avec les habitants du lieu lui plaisait .

    Comme il le peint , ci-dessus , à gauche , avec ce tableau des petites bretonnes devant la mer .

    Jacob Meyer de Haan , un hollandais débarqué à Paris en 1888 , avait été d'abord été guidé par Vincent van Gogh  qui l'encourageait à rencontrer Gauguin dont il appréciait les peintures .

    Voilà donc De Haan à Pt Aven , en 1889 , puis au Pouldu en août . 

    Avec Gauguin , De Haan vivait à l'auberge de Marie Henry .

    Il devint l'amant de la jeune femme , présentée , ci dessus , à droite sur un tableau intitulé "maternité ou Marie Henry allaitant" .

    On peut observer , que sous l'influence de son maître , le peintre hollandais  présente des formes simplifiées et cloisonnées avec de grandes nappes de couleurs .

    Le Pouldu  1 /           Gauguin à la recherche de la tranquillité !

    1889- la vallée de Kerzellec - Meijer de Haan.

    Le Pouldu  1 /           Gauguin à la recherche de la tranquillité !

    1889_ le Pouldu - la ferme de kerzellec - Meijer de Haan

    "

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique