• * Matisse 17 / Le fauvisme : un autre langage des couleurs !

     

     " je me suis cherché partout"

    C'est ainsi que Matisse évoquait ses années de formation.

    Sur les traces de Monet et Pissarro , il s'essayait à de timides essais.

    Les derniers Van Gogh l'enflammaient.

    Cézanne l'intriguait.

    En s'étant multiplié , en s'étant mué en chercheur , Henri Matisse a enfin trouvé sa voie .

    En s'exprimant par l'éclat de la couleur .

     

    _=_=_=_=_=_=_=_

    * Matisse 17 / Le fauvisme : un autre langage des couleurs !

    1873- Monet - les coquelicots d'Argenteuil.

    Ils sont attachants ces coquelicots de Monet ...Ils jureraient presque avec les blés verts .

    Il y a une vibration dans l'air .

    Mais cela ne suffit pas à Matisse : il veut de l'explosion.

    Alors il va s'y employer comme  ci-dessous :

     

     

    * Matisse 17 / Le fauvisme : un autre langage des couleurs !

     

    1905- la femme au chapeau

     

    Pour de la couleur , il y a de la couleur...

    A profusion.

    Alors que Monet  en jouait avec harmonie ,

    Matisse crée des dissonances.

    Ci-contre , l'oeil est heurté par les contrastes.

    En fait il ne sait pas où se poser...

    A lui seul , le chapeau est un foyer d'intérêt.

    Que dire du visage bariolé comme celui d'un clown ?

    Quant au corsage , il ne tient que par ses oppositions .

     

    _=_=_=_=_

     

    Quand le tableau fut présenté ,  il déclencha un scandale !

    L'événement donna son nom au nouveau mouvement :

    "On se retrouvait chez les fauves "

    Le fauvisme  était né ...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :