• Matisse, du soleil !

    Matisse , lumière !

     

     

    "Je ne vis que pour la lumière!" s'exaltait l'enfant de Cateau-Cambrésis , dans le Nord , quand il eut découvert les ensoleillements méditerranées .

    En écho , Picasso  envoya " Matisse ? il a un soleil dans le ventre !"

    Tout est dit de cet homme , à la modernité éclatante, qui n'aura de cesse , tout au long d'une vie artistique fructueuse d'explorer de nombreux processus de création, mais toujours avec ce besoin viscéral de capter les luminosités les plus vibrantes .

    Henri Matisse (1869-1954) fut tout au long de sa carrière un authentique perfectionniste .

    Chez lui peindre tournait à l'obsession au point de déchirer une toile jugée non conforme à son attente .

    "Quand je suis au travail , assurait l'artiste , je n'essaie pas de penser , seulement de sentir"  .

    Le réaliste Courbet  avait lâché "un chef d'oeuvre n'est jamais le fruit du hasard" .

    Alors l'oeuvre de  Matisse est dans cette ligne de la pensée de son ainé . Elle est,  assurément ,une contribution majeure à la création de l' Art moderne du 20ème siècle .

    Commencée avec le lancement du fauvisme .

     

     

  • Matisse /11/  1905- le bonheur de vivre

    Matisse /11/  1905- le bonheur de vivre

     

     

     

     

     

    A Collioure , ce fut l'arrivée de Derain , dans le courant de l'été 1905 qui allait "chambouler" les réflexions de Matisse.

    _=_=_=_=

    Derain maîtrisait parfaitement les  règles d'un jeu nouveau , où les couleurs vives , éclatantes, prédominaient  mais  avec une  nouvelle conception de la lumière, les ombres  étant très claires ,voire inexistantes!

     

     

     

    1905-Henri Matisse vu par André Derain

     

     

                                                                                           1905 - Matisse peint Derain   

                                                               Le soleil irradie le portrait à l'énergie folle .

                                                                                                                             

     

    Matisse /11/  1905- le bonheur de vivreMatisse /11/  1905- le bonheur de vivre

     

                                                                                                                      1905- Matisse (par Derain)

     1905- la femme au chapeau

    C'est Amélie Parayre , l' épouse qui pose .

    Exposé au Salon d'automne ,le tableau fut descendu en flammes par la critique !

    'C'est le désordre incarné" "la rupture avec la tradition".

    Plus culotté , Léo Stein qui en avait dit le plus grand mal " le plus vilain barbouillage que j'aie jamais vu de ma vie" , voulut l'acheter , avant la fermeture du salon , pour 300 francs

    ( il dut  s'exécuter  pour 500 , le prix demandé ) .

    De nos jours , la vision du tableau a changé . On loue cet arc en ciel harmonieux , ce bouquet champêtre séduisant !

     Selon les époques ,  versatilité des jugements...

     

    Matisse /11/  1905- le bonheur de vivre

    1905-la japonaise au bord de l'eau

    Manifestement , y'a du Signac dans ce tableau où la japonaise est à peine discernable sur son rocher ...

    Signac disait " aucun point n'est plus important qu'un autre "

    Matisse pourrait compléter " ni aucun coup de pinceau !"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • Fin 1904, une exposition de Signac , à Paris , avait emballé Matisse .

    Mais des conseillers avertis , comme Louis Vauxcelles et Maurice Denis le tempérait:

    "Ne peins pas , Henri ,contre ta vraie nature , évite les recherches hostiles..."

    Alors Matisse , ébranlé, décide de s'éloigner de Signac et choisit de s'installer dans un sud encore plus sauvage que St Tropez .

    Ce sera Collioure où il s'installe dans une pension bon marché avec son épouse et deux de ses enfants.

    "Collioure ? ce sont des femmes , les bateaux , la mer , la montagne " écrit Derain à Vlaminck , en juillet 1905...

    "Mais surtout  , c'est la lumière , une lumière dorée qui supprime les ombres" poursuit il .

    Matisse est séduit .

    Vue de ma fenêtre à Collioure ( ci-dessous) sera comme un manifeste ...

    Matisse / 10/   1905- Collioure : les arbres , la jetée , les toits !

    1905--Collioure , vue de ma fenêtre ( ou la sieste)

    Curieusement , l'espace intérieur occupe les 3/4 du tableau !

    Car l'extérieur se résume à quelques notes schématiques .

    Nouvelle façon de peindre : ce sont les couleurs qui  servent  à dessiner : regarde  les chaises  ou les montants de la fenêtre ,la balustrade , le lit .

    Matisse / 10/   1905- Collioure : les arbres , la jetée , les toits !

    1905-la jetée

    Ici encore par de dessin , mais de grands coups de pinceaux qui évoquent l'un des orages fréquents sur la région.

    Matisse / 10/   1905- Collioure : les arbres , la jetée , les toits !

    1905-Collioure

    Des verts acides , des roses aigres : c'est lune nouvelle évocation d'un jour de tempête.

    Matisse / 10/   1905- Collioure : les arbres , la jetée , les toits !

    1905-arbres à Collioure

    Lyrique , Matisse commente :" la couleur contribue à exprimer la lumière , non pas le phénomène physique , mais la seule qui existe :celle du cerveau de l'artiste"

    Matisse / 10/   1905- Collioure : les arbres , la jetée , les toits !

    1905-les toits de Collioure

    C'est très lumineux ,maîtrisé , en particulier au niveau du dessin qui assure une composition soignée .

    Matisse / 10/   1905- Collioure : les arbres , la jetée , les toits !

    1905-port d'Avall

    Cette toile est une étape dans la réflexion de Matisse .

    Tout au long de cet été 1905 ,  Henri s'interroge , doute ....

    Il  hésite entre réalisme pointilliste et   fauvisme.

    "Comme je fais des petits points , c'est assez long , surtout qu'ils ne sont pas toujours réussis du premier coup".

    Pour le peintre , c'est l'épreuve du feu d'où le fauve sortira vainqueur !

     

    .

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 12 juillet 1904 :     "je pars demain pour St Tropez,je crois que j'y travaillerai 2 fois plus que dans le nord où l'hiver est si mauvais pour la lumière".

    Pour Matisse , le sud apparaît comme une terre d'accueil qui le libérera du désenchantement des années  1899-1903.

    Matisse /9/  1905-la fenêtre ouverte à Collioure

     

     

     

    1905-la fenêtre ouverte à Collioure

     

     

     

    C'est comme si Matisse accédait à un autre monde..

    Celui de la couleur , de la lumière...

    Les critiques considèrent que ce tableau est un des principaux chefs-d'oeuvre du mouvement fauve chez l'artiste.

    Car il commence à se libérer des contraintes néo-impressionnistes.

    -=-=-=-=-=

    En ce début des années 1900 ,Matisse fréquentait Signac qui aurait voulu l'amener au pointillisme , mais le premier ne l'entendait pas ainsi , même s'il fit quelques concessions  au second.

    Mais pas dans ce tableau car  la diversité expressive de la touche est à l'opposée des souhaits aux coups de pinceaux en pointe prônés par Signac.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Matisse /9/  1905-la fenêtre ouverte à Collioure

    1904- Notre Dame de Paris

    Pas de dessin , des formes suggérées par une profusion de teintes à grandes touches .

    Cet été 1904, Matisse le passe à St Tropez , chez Signac  et les discussions artistiques entre les deux artistes ne manquent pas ...

    Matisse /9/  1905-la fenêtre ouverte à Collioure

    1904-vue de St Tropez

    Le dessin est  secondaire. Matisse cherche seulement à traduire ses émotions . Par la couleur.

    Matisse /9/  1905-la fenêtre ouverte à Collioure

    1904 volupté

    le tableau préfigure la suite "luxe , calme et volupté" de 1905 qui sera un tournant dans l'oeuvre de Matisse.

    Matisse /9/  1905-la fenêtre ouverte à Collioure

    1904-place des lices à St Tropez

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Matisse /8/        1903-l'atelier sous les toits

     

     

    1899 à  1903 , reste une période délicate pour Henri Matisse.

    Certes il expose : Salon des Indépendants (1901) Salon d'automne (1903),mais la situation  le préoccupe.

    "la route de l' Art , écrira t il, paraît tout à fait barrée aux nouvelles générations"

    C'est le temps des vaches maigres .

    "Si j'en avais l'occasion , écrit-il encore ,le 10 août 1903,je crois que je lâcherais la peinture !"

     

    -=-=-=-=-=-=-=

    A Paris , Matisse vit chichement avec sa femme et son fils...

    Il a fait même, sans succès, une demande pour emploi de "contrôleur des pauvres"

     

     

    1903- l'atelier sous les toits de Paris

     

     

     

     

     

     

    Matisse /8/        1903-l'atelier sous les toitsMatisse /8/        1903-l'atelier sous les toits

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     1902 - clin d'oeil à Notre Dame de Paris et les chrysanthèmes

     

    Matisse /8/        1903-l'atelier sous les toitsMatisse /8/        1903-l'atelier sous les toits

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1903-le jardin du Luxembourg ( à gauche) et  paysage foisonnant

    Matisse /8/        1903-l'atelier sous les toits

    1903- à la manière de Signac !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • 1900.. Matisse avait alors 31 ans . Mais ses incertitudes ,toujours le taraudaient....

    Certes , il avait déjà beaucoup voyagé ,rencontré de nombreux artistes , découvert des peintures ( celles de Turner , à Londres par exemple),mais il continuait toujours à s'interroger sur les manières d'exprimer ses profonds ressentis.

    A partir de 1900 , il devait encore fréquenter divers ateliers et surtout faire la connaissance d'André Derain lequel lui présenta Maurice de Vlaminck.

    Il fut tout de suite séduit par leur approche de la couleur , cette couleur qu'il trouvait dans les terres du sud de la France .

    Matisse /7/ Matisse /7/

     

    1900-autoportrait  en chemise

     

     

    1901-la dame japonaise

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Matisse /7/

    1901-paysage de montagne

    ouais ... bon ...pas très abouti  n'est ce pas ? peut-être un travail  préparatoire ?

    Matisse /7/

    1901- En Savoie

    Un tableau encore en forme d'exercice

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • "Je me suis cherché partout" dira Matisse en évoquant ses années de formation.

    Ne fut -il pas à l'école de Bouguereau , de Moreau ( voir ,sur ce blog ,le dossier sur les classiques du 19ème )  qui prônaient une peinture  , raillée d'ailleurs par les impressionnistes ?

    Alors le gars de Cateau-Cambrésis allait d'expérience en expérience .

    Ce furent  de timides essais sur les traces de Monet , de Pissaro ,  de Van Gogh dont il louait les "incendies", jusqu'aux leçons de Cézanne ou les conseils de Signac !

    C'est en Bretagne ( eh oui , il n'y pleut pas tous les jours  !!!) qu'Henri Matisse eut" la révélation de la lumière dans la nature" , l'effervescence colorée de la Corse le pressant encore plus  de restituer dans ses tableaux la magie de la couleur .

    Cette couleur , il allait aussi la mettre au service de ses natures mortes .

    Matisse /6/  "la révélation de la lumière !

    1900 nature morte : écuelles et fruits sur tapis rouge

    Matisse /6/  "la révélation de la lumière !

    1900-sur la table

    Matisse /6/  "la révélation de la lumière !Matisse /6/  "la révélation de la lumière !

     

     1900 -sur les rives de la Garonne       et nu masculin

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Matisse 5 / 1898...1899...natures mortes , nu et paysages.

    1898 / nature morte aux oranges.

    Matisse 5 / 1898...1899...natures mortes , nu et paysages.

    1898 . la porte du vieux moulin

    Matisse 5 / 1898...1899...natures mortes , nu et paysages.

    1899 / nature morte , la table.

    Matisse 5 / 1898...1899...natures mortes , nu et paysages.Matisse 5 / 1898...1899...natures mortes , nu et paysages.

     

     

     

     

     

     

     1899 .

    A gauche , nu dans une chambre 

     

    à droite , paysage toulousain .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Matisse 4 /Matisse 4 /

     

     

     

     

     

     

    1898 / C'est l'année de son mariage avec Amélie Parayre , une jeune toulousaine " droite et noble de maintien , à la magnifique chevelure noire ".

     Avec ce tableau de Notre Dame de Paris s'achève une sorte de cheminement  impressionniste .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Matisse 4 /

    1898 : paysage du sud

    Matisse a voyagé . Le "nordiste" a découvert les paysages du sud  de nouvelles couleurs , et il ne s'en prive pas...Manifestement l'artiste se cherche et surprend par "ce barbouillage", ce n'est pas peu de le dire !

    Matisse 4 /

    1898 - l'olivier

    C'est un peu mieux ... mais cela reste de la même veine !

    Matisse 4 /

    1898 ! une femme en violet lit ...

    Rien n'arrête l'artiste dans le choix des couleurs . Tempête sous un crâne !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Matisse 3 /   1897-98 : de la Bretagne à la Corse ...

    1897 - une ferme à Belle-île .

    Matisse 3 /   1897-98 : de la Bretagne à la Corse ...

    1897 - vue de Belle île .

    les formes se perdent  quelque peu sous les généreuses couleurs ( Le "fauve" n'est pas loin !)

    Matisse 3 /   1897-98 : de la Bretagne à la Corse ...

    1898_Ajaccio : la cour du moulin .

    Matisse 3 /   1897-98 : de la Bretagne à la Corse ...

    1898 -l'olivier corse.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Matisse n'était pas prédestiné à peindre ...Certes , au collège de St Quentin (82_87) il montrait bien quelques facilités lors des cours de dessin , mais alors , il " n'avait aucune idée de peinture " .

    Alors va pour des études de droit . Papa , négociant en grains , le souhaitait fortement .

    Capacité en droit acquise , le jeune Henri va vivre , mais à l'étouffée , quelques années chez un avoué .

    Pan !  appendicite chronique , hospitalisation prolongée à l'hôpital . Le voisin de chambre  passe des bouquins sur la peinture , maman offre une boîte de couleurs .Matisse a 21 ans . Un peintre est né !

    De retour chez l'avoué , Henri se met à copier des reproductions trouvées dans les livres . Chaque matin , avant le boulot , il prend des cours de dessin . A midi , il peint environ une heure . Et le soir  ? il retourne   au plus vite dans sa chambre , pour y peindre jusqu'à la nuit !

     En plus , le jeune homme multiplie les visites aux musée soit de la ville  soit dans ceux de Lille , Cambrai , Arras où il découvre Goya , Rembrandt.

    Puis , malgré les retenues paternelles , Henri Matisse vient à Paris .

    Il y  suivra les cours de Bouguereau , et surtout ceux délivrés par Gustave Moreau , un excellent pédagogue à la ferveur contagieuse .

    La pièce indispensable de ce nouvel apprentissage est la copie . Chardin et ses natures mortes ,c'est un bon motif .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1890 nature mortes aux livres

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1890 nature morte

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1895 la liseuse

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1895 dans l' atelier de Gustave Moreau .

    Peinture d'après un modèle nu .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1896 Belle île en mer

    Matisse est toujours sous l'influence des impressionnistes ; il est marqué par l'étude directe de la nature .

    Sans  transpositions ni simplificationss . Dans ses lointains il use beaucoup de violacés et de bleus .

    Cet été 1896 , Henri avait séjourné dans cette île en compagnie d'un peintre australien (Russel ) qui l'encourageait à éclairer et réchauffer les tons .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1896 la servante bretonne .

    Un tableau où dominent les tonalités bleues .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1896 la table

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1897 la desserte

    Ce tableau est la première composition importante de l' artiste . Il se veut un hommage à son maître Moreau pour lequel il voue beaucoup d'admiration.

    Quelques traits nouveaux apparaissent dans la peinture : l'éclat lumineux des blancs et surtout des tons vifs .

    La tonalité générale de la toile est lumineuse : le blanc de la nappe ,les tons chauds du vin rouge des carafes ,le corsage marron de la serveuse ,le fond vert bleuté

     

     

    ..

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique