• Matisse, le fauve

    Matisse , lumière !

     

     

    "Je ne vis que pour la lumière!" s'exaltait l'enfant de Cateau-Cambrésis , dans le Nord , quand il eut découvert les ensoleillements méditerranées .

    En écho , Picasso  envoya " Matisse ? il a un soleil dans le ventre !"

    Tout est dit de cet homme , à la modernité éclatante, qui n'aura de cesse , tout au long d'une vie artistique fructueuse d'explorer de nombreux processus de création, mais toujours avec ce besoin viscéral de capter les luminosités les plus vibrantes .

    Henri Matisse (1869-1954) fut tout au long de sa carrière un authentique perfectionniste .

    Chez lui peindre tournait à l'obsession au point de déchirer une toile jugée non conforme à son attente .

    "Quand je suis au travail , assurait l'artiste , je n'essaie pas de penser , seulement de sentir"  .

    Le réaliste Courbet  avait lâché "un chef d'oeuvre n'est jamais le fruit du hasard" .

    Alors l'oeuvre de  Matisse est dans cette ligne de la pensée de son ainé . Elle est,  assurément ,une contribution majeure à la création de l' Art moderne du 20ème siècle . Commencée avec le lancement du fauvisme .

     

     

  • Matisse n'était pas prédestiné à peindre ...Certes , au collège de St Quentin (82_87) il montrait bien quelques facilités lors des cours de dessin , mais alors , il " n'avait aucune idée de peinture " .

    Alors va pour des études de droit . Papa , négociant en grains , le souhaitait fortement .

    Capacité en droit acquise , le jeune Henri va vivre , mais à l'étouffée , quelques années chez un avoué .

    Pan !  appendicite chronique , hospitalisation prolongée à l'hôpital . Le voisin de chambre  passe des bouquins sur la peinture , maman offre une boîte de couleurs .Matisse a 21 ans . Un peintre est né !

    De retour chez l'avoué , Henri se met à copier des reproductions trouvées dans les livres . Chaque matin , avant le boulot , il prend des cours de dessin . A midi , il peint environ une heure . Et le soir  ? il retourne   au plus vite dans sa chambre , pour y peindre jusqu'à la nuit !

     En plus , le jeune homme multiplie les visites aux musée soit de la ville  soit dans ceux de Lille , Cambrai , Arras où il découvre Goya , Rembrandt.

    Puis , malgré les retenues paternelles , Henri Matisse vient à Paris .

    Il y  suivra les cours de Bouguereau , et surtout ceux délivrés par Gustave Moreau , un excellent pédagogue à la ferveur contagieuse .

    La pièce indispensable de ce nouvel apprentissage est la copie . Chardin et ses natures mortes ,c'est un bon motif .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1890 nature mortes aux livres

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1890 nature morte

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1895 la liseuse

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1895 dans l' atelier de Gustave Moreau .

    Peinture d'après un modèle nu .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1896 Belle île en mer

    Matisse est toujours sous l'influence des impressionnistes ; il est marqué par l'étude directe de la nature .

    Sans  transpositions ni simplificationss . Dans ses lointains il use beaucoup de violacés et de bleus .

    Cet été 1896 , Henri avait séjourné dans cette île en compagnie d'un peintre australien (Russel ) qui l'encourageait à éclairer et réchauffer les tons .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1896 la servante bretonne .

    Un tableau où dominent les tonalités bleues .

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1896 la table

    Henri Matisse ,à l'école de Moreau .

    1897 la desserte

    Ce tableau est la première composition importante de l' artiste . Il se veut un hommage à son maître Moreau pour lequel il voue beaucoup d'admiration.

    Quelques traits nouveaux apparaissent dans la peinture : l'éclat lumineux des blancs et surtout des tons vifs .

    La tonalité générale de la toile est lumineuse : le blanc de la nappe ,les tons chauds du vin rouge des carafes ,le corsage marron de la serveuse ,le fond vert bleuté

     

     

    ..

     


    votre commentaire
  • Henri Matisse (1859 -1954) / le chef de file du fauvisme

    1903 le calme

    Henri Matisse (1859 -1954) / le chef de file du fauvismeAu salon d'automne de 1905 les toiles de Matisse firent sensation : les couleurs purent et violentes posées en aplats surprirent plus d'un visiteur ...

    Henri Matisse (1859 -1954) / le chef de file du fauvisme

    Henri Matisse (1859 -1954) / le chef de file du fauvisme

    Henri Matisse (1859 -1954) / le chef de file du fauvisme

    1904 luxe calme et volupté

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique