• 6-De Blass / un portraitiste italien (1)6-De Blass / un portraitiste italien (1)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Eugène De Blass (1843-1931) est un peintre académique italien , d'origine autrichienne ,qui est surtout connu pour ses scènes de genre et ses portraits .

       Ci-dessus , Philippe Morris , en, 1865                         . A droite , moments de détente pour les lavandières (1872)

    6-De Blass / un portraitiste italien (1)

    1872 bavardages ...autour d'un puits.

    6-De Blass / un portraitiste italien (1)

    1877 scène de carnaval _ le lancer du bouquet !

    6-De Blass / un portraitiste italien (1)

    1877 -Sur le balcon - frivolités ...

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 1-

    1836- le château de Fougères - Victor Hugo

    Depuis 1833 Victor Hugo est liée à l'actrice Juliette Drouet . Native de Fougères . D'où le voyage , en 1836 et la visite du château médiéval .

    "Je ne m'en lasse pas "  . Aussi va t il , le 23 juin , dessiner l'enceinte , le donjon juché sur le rocher , et les " tours les plus superbes du monde " dira t il .

    1-

    1840-le portail de la chapelle St Suzanne à Mûr de Bretagne .

    Camille Corot a beaucoup voyagé en Bretagne . S'éloignant des romantiques et des réalistes , il aime l'étude solitaire , le travail en extérieur .

    C'est pour cela que l'on dira de cet artiste qu'il fut le précurseur des impressionnistes .

    En Bretagne , Corot sillonnait ... de l'armor à l'argoat . Ici on en  plein centre de la province .

    A Mûr de Bretagne il découvrira une chapelle du 17ème . Mais ce n'est pas elle qu'il peindra sur la toile .

    Seulement la masse des énormes chênes , leur ombre sur les piliers du portail et les échaliers d'entrée .

    1-

    1840- les paysannes à la fontaine . Corot .

    Une image a encore frappé Corot dans sa visite de la Bretagne intérieure : ces paysannes qui se retrouvent près d'un point d'eau .

    Qui profitent , le temps d'une pause , de faire causette  et d'échanger les nouvelles du pays .

    1-

    1845- l'église de Pencran - Léon Gaucherel .

    Un aspect de la Bretgagne pieuse où l'on voit une jeune femme ( peut être courtisée ?)  faire un saut à l'église entre deux tâches .

    1-

    1844- costume de Pluméliau , près de Pontivy .

    Pontivy , en plein coeur de la Bretagne , aurait pu devenir la capitale de la Province . Napoléon y pensa ...L'histoire bretonne eût alors été sans doute changée ...

    Plusieurs graveurs et lithographes se sont illustrés dans la représentation du costume breton du 19ème .

    Ci-dessus , Hippolyte Lalaisse est un spécialiste du costume breton . En ce qui concerne le costume de Pluméliau , il a fait le choix de représenter les paysannes dans leurs belles tenues  , les étoffes sont luxueuses et les parements de qualité ...

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • 1 / Botero

    1952. la jeune indienne .

    Avant de peindre des formes rondes et voluptueuses , Fernando avait suivi une formation classique qui le conduisit à fréquenter les grands musées.

    1 / Botero

    1964 . le pape Léon X , d'après Raphaël

    1 / Botero

    1965 /la madone à l'enfant.

    1 / Botero

    1870/la Ière communion

    1 / Botero

    1970: la maison de mariduque .

    Une évocation des maisons de tolérances .

    1 / Botero

    1971 / la junte militaire

    le tableau s'inspire de la famille de Charles 4 ( Goya 1800) ci-dessous.

    1 / Botero

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • 1.Signac / Monet , l'inspirateur .

     

     

     

    Quand Paul Signac fut interrogé , en fin de carrière sur ses débuts , il fut formel :

    "C'est Monet , ou plutôt la vue de quelques uns de ses tableaux dans une exposition .

    Ce qui m'attirait chez lui , c'est l'aspect révolutionnaire de son oeuvre .

    La peinture de Détaille ( un peintre militaire en renom alors ) me paraissait d'une perfection difficile à atteindre .

    Tandis que celle de Monet , rien ne me paraissait plus facile !

    Je ne me rendais pas compte à cette époque .

    j'avais 18 ans tout au plus ... "

     

     

    1882 Asnières

     

     

    1.Signac / Monet , l'inspirateur .

    1882 Asnières

    En 1883 Le jeune Signac écrivit à Monet pour recevoir des conseils sur la peinture impressionniste .

    A Asnières , où résidait la famille Signac , Paul possédait un bateau , le premier d'une très longue flottille sans cesse renouvelée et objet d'une passion pour la navigation qui durera toute la vie et qui sera intimement liée à la peinture .

    1.Signac / Monet , l'inspirateur .

    1882 Port en Bessin

    La Normandie était un lieu de séjour prisé par le jeune artiste .

    1.Signac / Monet , l'inspirateur .

     

     

     

     

     

     

     

    1883 Charles Torquet

     

     

     Voilà un "portrait" pour le moins original quant à  l'angle sous lequel il est représenté !

    On peut observer un excellent travail dans la mise en place des détails ( comme les rendus des plis de la veste).

     

     

     

     

     

     

     

     

    1.Signac / Monet , l'inspirateur .

     

     

     

     

     

    1883 les barges d'Asnières

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1.Signac / Monet , l'inspirateur .

    1883 les falaises de Port en Bessin , en juillet .

    1.Signac / Monet , l'inspirateur .

    1883 le studio de Montmartre .

    L'intérêt du tableau porte essentiellement sur la fenêtre qui est comme un ouverture sur le monde extérieur . Seules des jambes expriment une présence humaine .

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • 5-Courbet ,le portraitiste (1)

    1842 -l'enfant endormie . Il s'agit de Juliette Courbet , la soeur  de Gustave , de 12 ans sa cadette .

    Courbet est surtout connu pour son oeuvre réaliste . C'était un caractère fort , engagé politique qui fut l'un des élus de la Commune , en 1871.

    5-Courbet ,le portraitiste (1)5-Courbet ,le portraitiste (1)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1830 _ la comtesse Thérèse de Burnswick

    ci-contre , 1841 , jeune fille .

    18

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • 1-golfe du Morbihan

    1877-la diligence sur la place d'Auray

    Quand il présente ce tableau , le peintre Jules Noël n'est déjà plus dans le réel : la gare d'Auray n'a t elle pas été inaugurée en 1862 ?

    Néanmoins , cette huile sur toile a le mérite d'évoquer le  temps où le passage de la diligence était un événement .

    En arrière plan se trouve l'église St Gildas qui date du 17ème .

    1-golfe du Morbihan

    1880-la place publique à Auray

    Intéressant témoignage du peintre Henri Chouppe qui montre une place à l'architecture particulière . Les femmes nombreuses sur le tableau ,vont certainement au marché .

    1-golfe du Morbihan

    1884- le port de St Goustan

    Odilon Redon  séjournait à Vannes en 1884 . Un saut et il découvrait le port de St Goustan qui accueille , le long de sa double cale , de nombreux navires de cabotage .

    Ici , c'est une chaloupe pontée au  gréement caractéristique . Ce genre de bateau se rencontrait souvent dans la flotte de l' île de Groix .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 1/ Van Dongen / A la découverte de Paris

    1900 . promenade dans les bois.

    1/ Van Dongen / A la découverte de Paris

    1900 ; le kiosque à musique

    1/ Van Dongen / A la découverte de Paris1/ Van Dongen / A la découverte de Paris

     

    1/ Van Dongen / A la découverte de Paris

    1901 En ces années 1900 Van Dongen collaborait au journal "l'assiette au beurre" où il dénonçait les injustices sociales.

    1/ Van Dongen / A la découverte de Paris

    1902 : la femme saoule.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • 6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

     

     

    A la fin de l' année 1883 , la charge que représentait Sien et ses enfants était devenue insupportable .

     

    Vincent prit la décision de la quitter pour rejoindre le domicile paternel .

     

    Décision difficile à prendre , mais à 30 ans  l'artiste était sans le sou ...

     

    "Père et mère ont peur de m'accueillir à la maison , un peu comme s'il s'agissait d'héberger un gros chien hirsute " écrit il , peiné, le mois de son arrivée à Nuenen où demeurent maintenant ses parents .

     

    "Mais la bête , même si ce n'est qu'un chien a une histoire humaine , très sensible même" poursuit il .

     

    1886 autoportrait à la pipe

     

     

     

     

     

    6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

    1884. février . le tisserand

    Des tons clair-obscur , à la hollandaise .

    Toute la série des peintures qui suivent sont de cette facture qui témoigne  le pessimisme de l'artiste au regard particulièrement ému et incisif sur les plus modestes de ses compatriotes . Ne sont ce pas ,en quelque sorte ,des compagnons de galère ?

    6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

    1884 février

    6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

    1884 mai

    6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

    1884 . mai . crayon , plume et encre de chine . la réparation .

    6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

    1884 . juillet .

    6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

    1884 mai . Debout devant le métier.

    6. Van Gogh  1884 :  les tisserands

    1884 . le métier à tisser .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                                                                     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019

     

     

     

     

     

     

     

    Alphonse Mucha (1860 1939 ),le tchèque qui vivait à Paris ,aurait été "révélé" par Sarah Bernard , la grande comédienne ayant été séduit par cet affichiste qui travaillait pour les plus grandes marques françaises. ( 1896 , affiche à gauche )

    Mais avant d'avoir créé ses grandes compositions ,dans l'esprit de L'Art Nouveau, l'artiste avait connu le temps des vaches maigres...

    Certes il usait d'un style quelque peu répétitif en jouant avec un étroit répertoire d'entrelacs et de demi-teintes , mais ses productions avaient le mérité de se différencier des "réclames" de l'époque.

    Mucha a surtout travaillé sur l'ornementation  de personnages féminins centraux .

    C'est  au Musée du Luxembourg ,à Paris, jusqu'au 27 janvier prochain que l'on pourra apprécier les oeuvres de l'artiste tchèque .

     

     

     

     

     

    Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019

    Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019

    Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019

    Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019

     

    Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019

    Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019Mucha l'affichiste : une expo à Paris jusqu'au 27 janvier 2019

    les  4 saisons , de gauche à droite , le printemps , l'été , l'automne et l'hiver.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 3- Delacroix /2/   De la peinture lyrique ...

    1831 -la liberté guidant le peuple

    Ce tableau évoque les 3 glorieuses , les journées des 27 28 et29 juillet 1830 durant lesquelles le peuple de  Paris ,mené par les typographes et les étudiants protestaient contre la limitation des droits de la presse voulue par le roi Charles X.

     A partir du faubourg st Antoine l'émeute se propagea rapidement ,les révoltés réclamant la République .

    Mais ils ne furent pas entendus , la Chambre se contentant de confier le pouvoir au Régent Louis-Philippe , nommé roi des français !

    En peignant le thème , Delacroix manifestait ses idées révolutionnaires .Pour autant il ne réclama jamais la République mais un état où la liberté serait protégée.

    L'élan du tableau est lyrique , avec cette belle jeune femme conduisant la révolte . Il n'en demeure pas moins que l'on peut lire une forme de réalisme avec la description des cadavres au premier plan et la véracité des vêtements des autres personnages .

    Beaucoup de couleurs aussi , une intensité qui ajoutée à la nervosité des formes renouvelle l'allégorie historique et la charge d'une résonance passionnée , très romantique dans sa vision .

    3- Delacroix /2/   De la peinture lyrique ...

    -=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

     

     

     

     

     

    le tableau fut diversement reçu par la critique peu habituée à l'effet romantique de ce genre .

     

    On put lire en effet :

    "le buste dénudé , avec son aspect érotique , la saleté de la peau et même les poils perceptibles sous les aisselles , montrent que cette déesse de la liberté est une femme du peuple , une poissarde , une Vénus des rues et non pas une comtesse du faubourg St Antoine" .

    Rien que cela !

     

     

     

    -=-=-=-=-=-=-=-=

     

     

     

    3- Delacroix /2/   De la peinture lyrique ...

     

     

     

     

    Comme pour assumer encore davantage son adhésion au mouvement , Eugène Delacroix se mit  lui-même  en scène sur le tableau .

     

    Il apparaît en révolutionnaire , fusil en main .

    On ne pouvait pas mieux signer une forme d'engagement !

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire