• Eugène le Poittevin (1806-1870)

    9- Ils aimaient la Normandie ...

    1832 :l'art de hâler un bateau sur la plage ...

    9- Ils aimaient la Normandie ...

    1865: baignade à Etretat

    Eugène Poittevin ( on écrit aussi Poitevin) était un parisien bon teint , tombé amoureux de la Normandie et en particulier d'Etretat que lui avait fait connaître un autre Eugène , Isabey .

    Il aimait peindre des marines , des scènes de pêche .

    Après avoir acquis une villa à Etretat il avait fait connaissance de la famille Maupassant .

    C'est  le jeune Guy qu'il a peint à la pointe de ce plongeoir rustique et ingénieux qui faisait  l'enchantement de la jeunesse locale .

    -=-=-=-=-=-=-=-=-=

    Frank Myers Boggs

    9- Ils aimaient la Normandie ...

    1885- Honfleur-abondance de bateaux dans le port( détails)

    Boggs était un américain parmi les autres ... un de ces nombreux artistes  à traverser l'océan pour découvrir l'ancien monde , Paris en particulier . Mais de Paris à la Normandie il n'y a qu'un petit pas à franchir ...

    Et le bassin d'Honfleur est si charmant ... A voir tous ces bateaux et mâts enchevêtrés on en imagine la fréquentation.

    La tonalité est grise , comme le veut le temps du jour ...

    9- Ils aimaient la Normandie ...

    1885-Honfleur,le bassin- (détails)

    Sur le quai les usagers du port vont et viennent , une cheminée de bateau dégorge sa fumée noire qui se perd dans un ciel plombé .

    -=-=-==-=-=-=-=

    Albert Lebourg ( 1849-1928)

    9- Ils aimaient la Normandie ...

    1890 (vers ...) le passage du bac à la Bouille

    Lebourg est le plus célèbre peintre impressionniste rouennais . Doyen d'une école marquée par la peinture de Claude Monet .

    Dont on retrouve le style ci-dessus . Tout en touches délicates , lumineuses . On est dans la suggestion .

     Que voit ont ? un attelage de 6 chevaux  sur un bac , à la Bouille , à 20 km de Rouen .

    Ces chevaux  changent de rive pour ensuite tirer des péniches le long du chemin de hâlage .

    _=_=_=_=_=

    René-Xavier Prinet

    9- Ils aimaient la Normandie ...9- Ils aimaient la Normandie ...

     

     

     

     

     

     

     

     

    1896 la plage de Cabourg

     

     

     

    A la fin du 19ème siècle Cabourg était la plage à la mode pour les élégantes parisiennes.

    La mer n'est plus dangereuse ,ni malfaisante comme on pouvait le penser  au siècle précédent.

    Au contraire , on magnifie ses vertus curatives , et sa fraîcheur bonne pour   la santé .

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • 1-Ouessant / l'île du bout du monde

     

     

     

     

    Qui voit Molène voit sa peine ... Qui voit Ouessant voit son sang!

    Cette maxime voudrait elle dire qu'il est malaisé de prendre pied sur cette île du bout du monde ?

    De tous temps  ont véhiculé les idées que l'île est soumise à des tempêtes monstrueuses ,que ses côtes déchiquetées restent des menaces permanentes , que ses courants menacent sans cesse la navigation...

    Mais  ce dont on est certain c'est que les îliens étaient  de farouches marins , que leurs épouses , à l'image de celle que Méheut à croquée ci-contre , les accompagnaient dans leur rude combat .

     

     

     

     

     

     

     

    1-Ouessant / l'île du bout du monde

    1875-Ouessant - E. Lansyer

    Dans ce tableau ,toute la sauvagerie , toute la beauté d'Ouessant  .

    1-Ouessant / l'île du bout du monde

    1895- neige à Ouessant - Henry Moret .

    Il neige pas souvent en Bretagne , encore moins sur l'île ...l'artiste avait découvert Ouessant en 1889 et par la suite il y fit de nombreux voyages .

    Très riche palette de couleurs avec de nombreuses nuances de blanc très difficiles à rendre .

    1-Ouessant / l'île du bout du monde

    1897-la pointe de Pern - Henry Moret .

    On est ici dans une des parties les plus sauvages de l'île.

    1-Ouessant / l'île du bout du monde

    1899- Portraits de femmes-Charles Cottet

    Un magnifique travail en clair-obscur pour évoquer la détresse de femmes sans doute touchées par la perte d'un proche ..

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !C'était une nature empreinte d'humilité ,très discrète , et pourtant curieuse .

    Henri Le Fauconnier (1881-1946) ,plutôt que rechercher une quelconque gloire ,préférait s'adonner à l'exploration artistique .

    Un plaisir tout personnel .

    Ainsi il fut de toutes les avant-gardes .

    Le fauvisme ? bien entendu . Ce fut bref mais passionnant .

    Le nabisme lui inspira des aplats de couleur délimités par de larges traits noirs .

    Il sera su Salon des indépendants de 1911 qui expose les premières oeuvres cubistes .

    Après la guerre 14-18 , on le voit s'exprimer dans l'expressionnisme .

    Puis il se tournera vers une peinture plus réaliste.

    Le fauconnier est un oublié des livres d'histoire .

    Pourtant nombre de musées le présentent toujours , notamment en Hollande où l'on peut trouver la majorité de ses toiles .

     

     

    1918 Le Fauconnier vu par Jan Toorop

     

     

    3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !

    1908 Ploumanach ( dans les Côtes d'Armor

    Gauguin lui avait ouvert le chemin de la Bretagne .

    2o ans après son illustre ainé ,Le Fauconnier la découvrait à son tour et y  peignait les rochers de Ploumanach ( 22).

    C'était sa période fauve .

    3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !

    1910 le village au milieu des rochers .

    Beaucoup de géométrie dans ce tableau . L'inspiration cubiste est en marche !

    3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !

     

     

     

     

     

     

    1910 l'abondance

     

     

    Formes en tous genres  n'empêchent pas de reconnaître une femme et son enfant.

    Mais aussi un berger et ses moutons , la mer et les bateaux , un village , un château ...

    Serait ce l'abondance ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                      1912 le lac de St Petersbourg                                                                                                                                               1912         l'arbre

    3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !

    1915 le signal . St Petersbourg

    Plusieurs influences ici :les couleurs agressives du fauvisme , la géométrie du cubisme  (le signal) .

    A l'homme au chapeau  de se débrouiller !

    3.Le fauconnier / L'oublié de l'histoire !

    1943 le village forestier de Grosrouvre .

    Chacun y cherchera son propre langage ...

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 8-Stanislas Lépine- le peintre des quais de Paris

    1862-le Pont de Tournelle à Paris .

    Stanislas Lépine (1835-1892) est né normand ( à Caen ) mais , devenu parisien, il fut un chantre passionné des quais de la Seine .

    Elève de Corot , au contact du maître  il fut vite conquis par  la peinture en plein air .

    8-Stanislas Lépine- le peintre des quais de Paris

    1868- le pont Marie vu du quai Célestin .

     

    Un des tableaux les plus connus de Lépine.

    8-Stanislas Lépine- le peintre des quais de Paris

    1855- le port de Rouen

    Mais à l'occasion Lépine retournait en Normandie ...

    8-Stanislas Lépine- le peintre des quais de Paris

    8-Stanislas Lépine- le peintre des quais de Paris

    1859 - dans le port de Caen -  retour à la ville natale !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 1-les ardoisiers de la Montagne noireUne spécificité des maisons bretonnes , c'est leur toiture en ardoises . Au 19ème siècle  on n'allait pas chercher ce matériau à Angers , encore moins en Espagne , on le trouvait dans les montagnes noires .

    l'Aulne et le Blavet avait su trouver leur chemin en entaillant les schistes .

    C'est là , au sud et à l'est du bassin de Châteaulin que s'étendait le royaume de l' ardoise et.... des carriers .

    Mathurin Méheut ,l'inlassable témoin de son temps, a laissé d'irremplaçables croquis , dessins  et peintures magnifiant le travail pénible de ces hommes .

     

     

     

    1-les ardoisiers de la Montagne noire

    Sur le chantier à Gourin

    1-les ardoisiers de la Montagne noire1-les ardoisiers de la Montagne noire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1-les ardoisiers de la Montagne noire1-les ardoisiers de la Montagne noire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il fallait aller chercher profond les plaques de schiste à tailler . Aussi étaient mis  en place des puits avec un système de levage , sorte de palan .

    1-les ardoisiers de la Montagne noire

    puis l'on taillait , dégrossissait les plaques sorties du tréfonds.

    1-les ardoisiers de la Montagne noire1-les ardoisiers de la Montagne noire

    1-les ardoisiers de la Montagne noire

    il fallait fréquemment affûter les outils  pour que les coupes et tailles fussent toujours les plus précises .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • 1.Bruegel l'ancien/

    1559 : le combat de carnaval

    Bruegel aimait bien mettre un fou dans ses représentations populaires .

    Il ne manque pas  d'en placer un en plein milieu de tableau .

    Au premier plan , chevauchant une barrique , le prince Carnaval représente les protestants .Il est gros et gras !

    En face , assis sur une chaise ,maigre et triste est un  "catholique" .

    Il porte une ruche sur la tête !

    1.Bruegel l'ancien/

     

     

     

     

     

    Ci-contre , un détail du tableau qui représente justement le fou , enfin le bouffon .

     

    Le bouffon sert de guide à deux personnages et, bien que l'on soit en plein jour ,il porte un flambeau allumé .

    La signification , c'est que l'on est dans un monde renversé .

     

     

     

     

     

     1.Bruegel l'ancien/ le combat de carnaval

     

     

     

     

     

    Voici encore un autre détail du tableau :

     

    Celui représentant les estropiés , très nombreux dans les villes et villages .

     

    Bruegel a trouvé tout naturel de les placer dans son tableau puisqu'ils font partie intégrante de la vie quotidienne .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 2-Buffet 47-

     

    Inénarrable Buffet...

     

    Qui peint toujours dans la singularité.

     

     

    Qui aime provoquer !

     

     

     

    On apprécie ... ou pas !

     

     

     

     

     

     

     

                                                                1947 -l'homme aux crabes

     

    Buffet 2 / années1947- 50

    1947-la plage

    2-Buffet 47-2-Buffet 47-

     

     

    1948-la femme aux crabes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1948-l'homme à la plage

     

     

     

     

     

     

     

    2-Buffet 47-

     1949- le poissonnier à la raie

                                                                             

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • 1-Camaret -

    1872-Camaret- Eugène Boudin

    Un embrasement des nuages en folie !

    1-Camaret -

    1872-camaret-Boudin

    Un ciel qui mange la toile ....

    1-Camaret -

    1872- Camaret - Eugène Boudin -  détail du tableau précédent .

    1-Camaret -

    1873-camaret - ciel d'orage .

    Avant la venue du normand Eugène Boudin , peu d'artistes avaient posé leurs chevalets à Camaret ...Il a peint du site une soixantaine d'huiles et de nombreux dessins .

    1-Camaret -1-Camaret -

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1873 - Boudin- Sur les hauteurs de Camaret .

    Même en prenant du recul , l'artiste ne peut s'empêcher d'évoquer le port qui le fascine .

    1-Camaret -

    1873- Boudin - le môle de Camaret .

    Avec la chapelle de  Notre Dame de Rocamadour et la tour Vauban .

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • 2-Mathurin voyage...

    1930 -En 3 coups de fusain ,voilà une gouache qui restitue un campement en Afrique du Nord .

    2-Mathurin voyage...

    Méheut est allé à plusieurs reprises en Afrique du Nord .

    Ci-dessus , avec des tons très pastellisés , il verse dans la tranquillité d'un moment de calme et de paix ...

    2-Mathurin voyage...

    Les Saintes-Maries  de la mer

    Mathurin aimait le sud de la France ( il y avait d'ailleurs maison depuis 1933).

    Chaque année un pélerinage rappelle l'arrivée en Camarque de Marie-Salomé ( la mère des apôtres Jacques et Jean) .

    La gouache déborde de couleurs et met en scène des tsiganes devant des maisons voisines de l'église.

    2-Mathurin voyage...

    La ferrade des taureaux en Camargue

    les veaux d'une année doivent être marqués au fer rouge ( aie aie...) sur la cuisse. Mais encore faut il se saisir des jeunes taureaux . Malaisé comme on l'imagine !

    Ci-dessus , c'est la chasse au jeune taureau qu'il va falloir immobiliser après saisie et renversement . Sportif ...

    2-Mathurin voyage...

    le site des Antiques , près de St Rémy de Provence

    Le mausolée des Antiques , c'est un vestige de l'occupation romaine .

    La scène insolite d'un troupeau de moutons et de chèvres broutant à ses pieds a interpellé l'artiste.

    2-Mathurin voyage...

    Sur le quai du port

    On imagine , le temps du repos , un dimanche peut-être ...

    Temps du farniente pour ces légionnaires assis à la terrasse d'un café .

    Plus loin , déambulent deux marins de la royale .

    En arrière plan ,sur la mer ,d'un bleu soutenu , ballottent quelques barques .

    Pour compléter la scène , on voit même à gauche , une marchande de fruits .

    2-Mathurin voyage...

    le chantier de construction navale

    Sans doute la Ciotat , car Méheut ne précise ni la date , ni le lieu .

    Au premier plan  ,des scaphandriers , au second , les immenses grues porteuses .

    2-Mathurin voyage...

    Marseille-le port - ND de la garde .

    Beaucoup d'activités sur le port .

    Dans son travail d'artiste , Méheut a pris soin de protéger ND de la Garde de la fumée du bateau ...

    2-Mathurin voyage...

    1930- Le port de N-York , la nuit .

    Méheut se trouvait sur le ferry et avait ainsi une bonne perspective pour "croquer" la statue de liberté ( d'une hauteur de près de 50m) due au sculpteur français Bartholdi ( à noter la contribution d'Eiffel pour la charpente ) .

     

     

     

     

    2-Mathurin voyage...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • 6-Charles Mozin / L'incondittionnel de Trouville sur mer

    "C'est en 1825 que j'ai découvert Trouville  sur la  côte normande  et j'en suis vite devenu un  inconditionnel"

    -=-=-=

    Pour le monde de l' Art , Charles Mozin ( 1806-1862) est le "découvreur" de  ce qui était alors un charmant petit port normand et qui allait au fil des années devenir une station balnéaire .

    " A la fin des  années 50 , je ne reconnaissais plus le petit village de chaume qui avait fait ma conquête une trentaine d'années plus tôt" !

    7-Charles Mozin / L'inconditionnel de Trouville sur mer

    1849- le quai du port , à Trouville .

    7-Charles Mozin / L'inconditionnel de Trouville sur mer

    1855 - "l'invincible" arrive à Trouville .

    Une mer mouvementée , des bateaux ballottés à l'imagination de  Mozin .

    7-Charles Mozin / L'inconditionnel de Trouville sur mer

    1856- voiliers et barques sur la Touques .

    La Touques ( pourquoi un "s" ?) est une rivière qui se jette dans la Manche , entre Deauville et Trouville .

    Le tableau exprime une grande douceur de vie , sans doute en fin de journée . Tout est à l'unisson , même les chevaux participent à la quiétude du moment .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires