• 1-le Pouldu1-le Pouldu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     "j'aime la Bretagne , j'y trouve le sauvage , le primitif " ..... écrivait Gauguin en 1888 .

    Quand il s'est réfugié au Pouldu , en 1886 ,il voulait renouer avec la simplicité .  La rencontre avec les habitants du lieu lui plaisait .

    Comme il le peint , ci-dessus , à gauche , avec ce tableau des petites bretonnes devant la mer .

    Jacob Meyer de Haan , un hollandais débarqué à Paris en 1888 , avait été d'abord été guidé par Vincent van Gogh  qui l'encourageait à rencontrer Gauguin dont il appréciait les peintures .

    Voilà donc De Haan à Pt Aven , en 1889 , puis au Pouldu en août . 

    Avec Gauguin , De Haan vivait à l'auberge de Marie Henry . Il devint l'amant de la jeune femme , présentée , ci dessus , à droite sur un tableau intitulé "maternité ou Marie Henry allaitant" .

    On peut observer , que sous l'influence de son maître , le peintre hollandais  présente des formes simplifiées et cloisonnées avec de grandes nappes de couleurs .

    1-le Pouldu /  Gauguin à la recherche de la tranquillité !

    1889- la vallée de Kerzellec - Meijer de Haan.

    1-le Pouldu /  Gauguin à la recherche de la tranquillité !

    1889_ le Pouldu - la ferme de kerzellec - Meijer de Haan

    "

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • En 1873 Desboutin avait été ruiné par des spéculations hasardeuses. Comme il avait un bon coup de crayon il se mit à étudier la gravure et édita une série de portraits à la pointe sèche .

    13/ Desboutin (2) / Portraits à la pointe sèche13/ Desboutin (2) / Portraits à la pointe sèche

     

     

    Ci-dessus , 1877 : Pierre -auguste Renoir . à droite 1879 ,Emile Zola .

     

     

     

     

     

     

    13/ Desboutin (2) / Portraits à la pointe sèche13/ Desboutin (2) / Portraits à la pointe sèche

     

     1877 : Henri Rochefort , un critique littéraire . 1880 , à droite ,Durand-Ruel , un collectionneur marchand de tableaux.

    13/ Desboutin (2) / Portraits à la pointe sèche13/ Desboutin (2) / Portraits à la pointe sèche

     

     1896 ,Erik Satie ,un pianiste-compositeur . A droite , Eugène Labiche ,auteur de pièces de boulevard .

    13/ Desboutin (2) / Portraits à la pointe sèche

    1880 , les travailleurs de la mer d'après Jozef Israëls

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • 3- La Thangue / un réaliste anglais .3- La Thangue / un réaliste anglais .

     

    Henri La Thangue (1859-1929) s'inscrit dans la lignée des peintres préimpressionnistes .

    Ce fut unadepte du réalisme , notamment rural

     

    3- La Thangue / un réaliste anglais .3- La Thangue / un réaliste anglais .

     Formé en Angleterre , dans la banlieue de Londres ( il y remporta une médaille d'or en 1879) ,La Thangue a plusieurs fois séjourné en France

    ( une formation de 3 ans à Paris ).

    Mais aussi en Italie , en Europe du sud .

    C'est un peintre très populaire en Angleterre où ses tableaux sont toujours très côtés sur le marché.

     

    3- La Thangue / un réaliste anglais .

    Et à l'occasion ,l'artiste savait laisser ses chers paysages ruraux pour s'adonner au portrait . Avec le meilleur effet .

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • 2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incomprisIl y a  de l'écorché chez le lillois Emile Bernard ( 1868 -1941)...

    Fils aisé d'un industriel du textile il se trouva exclu de l' atelier Cormon , à Paris où en compagnie d'Anquetin et de Toulouse -Lautrec il suivait des cours.

    Il se mit alors en tête de rejoindre la Normandie , puis la Bretagne , à Pied .

    A Pont Aven , en 1888 ,il rencontre Gauguin , son aîné de 20 ans .

    Ensemble ils prônent une peinture en forme de symbolisme qui mènera ensuite au cloisonnisme ( encore appelé synthétisme).

    L'influence japonaise les a marqués : dessins simplifiés ,surfaces cernées , couleurs pures , mises en cadres originaux ...

    C'est la naissance de l' école de Pont -Aven où la part  d'Anquetin fut minimisée.

    Mais 1891 marquera la  brouille définitive de Bernard avec Gauguin auquel il reproche de s'approprier la paternité du nouveau concept artistique .

    Emile va même quitter la France , désabusé , meurtri par son attitude .

    Il s'en va rejoindre la Moyen-Orient . Il y rejettera  la nouvelle modernité pour devenir un défenseur  acharné des valeurs traditionnelles pour lesquelles il luttera après son retour en Europe , en 1904.

    Il évoluera finalement vers un art classique qui le fera , un temps disparaître de l' histoire .

    1897 autoportrait

    2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incompris

     

     

     

     

    1886 , une femme à St Briac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incompris

     

     

     

    1886 : l'entrée d'Asnières . la charrette de foin .

     

    On est loin ici du futur concept cloisonniste .

     

    Le tableau est plutôt d'essence impressionniste .

     

    Luminosité ,teintes atténuées ,personnages suggérés .

     

     

     

     

     

     

     

     

    2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incompris

    1886 deux bretonnes dans une prairie .

    Manifestement Emile Bernard se cherche ...Il a voulu , ici , faire du Seurat et s'atteler à la facture pointilliste .

    2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incompris

    1887 : au cabaret .

    Ce tableau donne l'impression d'avoir été bâclé ...Notamment dans le dessin où apparaissent certaines difformités .

    3 couleurs dominantes , assez vives .

    2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incompris

     

     

     

     

    1887 Baigneuses à la vache rouge .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incompris

    1887 une ferme à Pont-Aven

    2.Bernard /1/ l'avant-gardiste incompris

    1887 grand-mère !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • 3-St Malo

    1820-vue de la grande grève , St Malo

    Une vue intéressante de la situation dans les années 1820 . On ignore qui a signé ce tableau où la cité corsaire et ses remparts se dégagent à mare basse .

    3-St Malo

    1823 -St Malo - Louis Garneray

    Une vie tumultueuse que celle de Louis Garneray , tout au moins dans la première partie de sa vie ...

    Marin à 13 ans ,il n'avait que 17 ans quand il servit sous les ordres des corsaires ,les frères Surcouf .

    Capturé à 23 ans , Garneray connut 8 ans d'emprisonnement dans les geoles anglaises !

    Un temps qui lui permit de se consacrer à la peinture et d'être ensuite reconnu pour son art .

    Ainsi il allait , entre 1821 et 1832 réaliser une série des ports de France , 24 toiles  de tailles semblables ( 33x46).

    La toile ci-dessus entre dans ce travail   . Si la ville et ses remparts,sous un ciel bien menaçant , donnent dans la fidélité , le premier plan avec des personnages qui semblent devoir être engloutis par d'énormes vagues ,révèlent une part de lyrisme .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • 12 /Marcellin Desboutin (1)/ l'ami des impressionnistes12 /Marcellin Desboutin (1)/ l'ami des impressionnistes

     

     Desboutin (1823-1902)était avant tout un copain des impressionnistes...Car la littérature l'intéressait sans doute davantage . D'ailleurs , ce ne fut que vers la cinquantaine qu'il commença à étudier la gravure pour gagner sa vie . Pour cela il lui avait fallu croiser la route de Manet qui le représenta ,ci-dessus, à gauche en 1874 ,l'autoportrait de droite datant de 1890.

    12 /Marcellin Desboutin (1)/ l'ami des impressionnistes12 /Marcellin Desboutin (1)/ l'ami des impressionnistes

     

     

     

     

    De Marcellin Desboutin la postérité a surtout retenu la voiture d'enfant (1876) et le violoniste peint également la même année.

    12 /Marcellin Desboutin (1)/ l'ami des impressionnistes

    Un autre tableau allait également  le mettre en lumière , celui peint en 1876 par Degas, qui le représentait ,ci-dessus, dans son fameux  tableau l'absinthe

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • 3.Sérusier /1/ 

     

    Paul Sérusier ( 1864-1927) ,parisien d'origine,tomba en amour de la Bretagne  à l'occasion de sa venue à Pont Aven .

     

    C'était en 1891 et ce jeune peintre de 27 ans , à la barbe rousse ,venait y rencontrer de nombreux artistes , en premier lieu Gauguin .

     

    Coup de foudre en particulier  pour Chateauneuf- du- Faou où il devait plus tard entreprendre la construction d'une maison et y vivre le restant de sa vie .

     

    C'est là qu'il peindra nombre de ses tableaux ,inspiré par son esprit mystique ou par des scènes ,paysages et personnages du terroir breton .

     

     

    1887 portrait de Sérusier par Michelet

     

     

    3.Sérusier /1/

      1888 Le talisman des nabis

    Dans la petite ville Pont Aven (29) , dans ces années 1880-90  l'auberge de Madame Gloanec  était considérée compme l'un des centres artistiques les plus avancés.

    Un groupe de jeunes peintres s'étaient formé autour de Gauguin , garçon très prolixe et expansif . Un meneur dans son genre ...

    Paul Sérusier était là ...

    Le groupe se posait de nombreuses questions sur l'existence et il était en proie à une quête mystique qui aurait permis à la nature et au "mystère" de fusionner !

    Il se choisit un nom : " les nabistes"  (prophètes en hébreu) ! On peut considérer ces nabistes comme les premiers symbolistes .

    Sur la gauche , tu peux voir un tableau de Sérusier . Rien de remarquable ...

    Les couleurs sont étalées  en de larges aplats , sans fusion réelle,ni recherche de profondeur , de perspective ou encore de luminosité .

    On se demande ce qui est représenté ... Bon , c'est un paysage !

    Les nabistes s'en firent en quelque sorte leur totem , leur "talisman".

    "C'est une surface couverte de couleurs !" conclut Gauguin

     

     

    3.Sérusier /1/

    1888 le tisserand

    3.Sérusier /1/

    1888 Pont Aven . Intérieur d'une maison .

    3.Sérusier /1/

    1889 . Le Pouldu . La barrière .

    3.Sérusier /1/

    1889 le Mont Gaussier avec le mas de St Paul

    3.Sérusier /1/3.Sérusier /1/

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1889 / à gauche , Marie Lagatu

                                                                                                                        / ci-dessus , une  jeune bretonne dans le champ

    .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • 3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

     

     

     

     

     

     

    Tououse-Lautrec était un homme de la nuit .

    Il partageait son temps entre les cabarets et les maisons de joie . Mais il n'avait pas le regard lubrique du voyeur .

    Il portait sur ces femmes ,qui pour la plupart subissaient la situation ,un regard en forme de tendresse  .

    Parfois , il était amené à partager avec elles des moments d'intimité , moments qu'il devait par la suite poser sur la toile.

    -=-=-=-=-=-=

     

     

     

     

     

     

    3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

    1887-poudre de riz

    3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

    1889-femme à sa toilette

    3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

    1894-l'art de tirer son bas!

    3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

    1896-femme au tub

    3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

    1896 -la toilette

    3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

    1896-solitude

    3-T-Lautrec / Dans l'intimité de ces dames ...

    1900-Madame Poupoule à sa toilette !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • 1- St Briac / H. Rivière  l'a gravé sur bois

    1890 - vague sous  la pluie à St Briac .

    Le parisien Henri Rivière s'est spécialisé dans la gravure sur bois  , un procédé qui commence par une esquisse de dessin sur une plaque de bois .

    Puis les  lignes sont creusées soit au canif , ,au ciseau à bois , à la gouge , au burin parfois .

    Quand la taille est achevée , le dessin initial apparaît en relief .

    Puis ensuite il faudra encore encrer de couleurs les creux .

    Enfin viendra l'impression qui se fera par l' application d'une feuille de papier contre le relief encré du bloc de bois . Pour cela on utilise une presse .

    Sacré boulot ... la technique fait que  les couleurs utilisées sont limitées.

    1- St Briac / H. Rivière  l'a gravé sur bois

    1890-barque et stream-boat à st Briac

    Rivière avait eu un véritable coup de coeur pour St Briac et il passa , dans les années 1890, plusieurs étés .

    1- St Briac / H. Rivière  l'a gravé sur bois

    1890-le Béchet , le port de St Briac

    1- St Briac / H. Rivière  l'a gravé sur bois

    1890-petite vague montante

    1- St Briac / H. Rivière  l'a gravé sur bois

    1890-crépuscule à St Briac - les balises .

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • 11-.Bazille / moderne et réaliste

    Pause estivale

    Avec cette  présentation de Frédéric Bazille s'achève la 1ère saison de ce nouveau blog . Elle fut dense , je crois ...Aussi faut il me ressourcer . Reprise au mois de septembre .

    -=-=-=-=-=-=

    Frédéric Bazille , le montpelliérain ,né en 1841 , le fils d'un riche propriétaire terrien , serait médecin ...

    Mais à Paris , où il était monté , il passait le plus clair de son temps à l'école des Beaux arts !

    1864 , échec  annoncé à la fac de médecine .

    Compréhensif , son père accepte sa nouvelle vocation d'artiste peintre .

    1865 :partage d'un atelier avec Monet.

     Beaucoup de modernité et de réalisme dans la peinture impressionniste de Bazille dont l'oeuvre sera , hélas , prématurément interrompue en 1870 , à l'âge de 29 ans .

     L'idéaliste peintre s'était en effet engagé avec beaucoup d'enthousiasme dans un régiment de zouaves lors de la guerre franco-prussienne .

    Il fut tué au combat , Beaune-la -Rolande  ( près d'Orléans) , le 28 novembre .

     1864 Portrait de Frédéric Bazille par Monet .

    4.Bazille /1/

    1864 nu couché

    En 1864 , Bazille travaille concert avec Claude Monet . Les deux hommes partagent un atelier , rue de Furstenberg à Paris .

    4.Bazille /1/

     

     

     

     

     

     

    1864 la robe rose

     

    Durant cet été 1864 le peintre s'est lancé , pour la première fois, dans une grande compostion représentant une figure en plein air .

     

    C'est une beau tableau de peinture claire , un bel exemple réussi d'intégration réaliste d'une figure , de surcroît  dans un paysage  languedocien qui apparaît en arrière plan .

     

     

     

     

     

     

     

     

    4.Bazille /1/

    1864   le sommeil de Rita

    Difficile exercice que celui de représenter un animal , à la contexture sombre , et de le rendre aussi ....vivant !

    4.Bazille /1/

     

     

     

     

     

     

     

    1865 l'atelier de la rue Fustenberg

      En ses débuts , Monet vendait mal ses tableaux .S'en suivait une situation difficile .

    Généreux , Frédéric Bazille proposa à son camarade de venir partager son atelier .

     

     

     

     

     

     

     

     

    4.Bazille /1/

     

     

     

     

     

     

    1865 le village de Chailly

     

    Dans la parfaite tradition impressionniste une vue extérieure ,  vraisemblablement peinte sur le motif  .

     

    les artistes aimaient placer des personnages dans leurs tableaux.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    4.Bazille /1/

    1965 l'ambulance improvisée

    Bazille a laissé peu de tableaux .

    Une cinquantaine environ .

    Longtemps ces toiles demeurèrent dans la famille à Montpellier .

    Le seul achat des Musées nationaux , à cette époque , fut l' " ambulance" ci-dessus , un petit tableau qui représente Monet alité ,acquis pour sa valeur iconographique .

    4.Bazille /1/4.Bazille /1/

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                      1865 . Portrait d'Edouard Blau

     

                                                                                                             1866 Etudes de fleurs .

    Il y a de l'apparat dans cette nature morte où une grande importance est donnée aux accessoires . En 2004 ce tableau a obtenu un prix record lors d'une vente publique à NY.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    12 commentaires